Les dérives de la justice américaine

29 janvier 2011 Par
Yaël Hirsch
| 0 commentaires

Alors que l’avant-dernier roman d’Iain Levison,  Trois hommes, deux chiens et une langouste, (voir notre critique), est désormais disponible en collection « piccolo » chez Liana Levi, « Arrêtez-moi là! » sera disponible au mois de mars. A travers l’histoire d’un chauffeur de taxi injustement accusé de meurtre, l’auteur américain dénonce avec toute la pertinence de sa plume ironique les dérives de la justice américaine. Un régal!

Jeff est assez solitaire, mais semble déjà sage à trente ans, alors qu’il mène une bonne vie de citoyen américain en travaillant jusqu’à dix-huit heures par jour au volant de son taxi à Dallas pour gagner un salaire modeste. Un soir il ramène une mère de famille de l’aéroport. Elle le fait entrer chez elle le temps de trouver l’argent qu’elle lui doit.  Intrigué par une fenêtre (il a aussi travaillé dans la pose de fenêtres), Jeff la palpe pour en vérifier la qualité. Plus tard dans la soirée, alors qu’il a fini son service, Jeff embarque gracieusement deux étudiantes éméchées et les ramène sans les faire payer chez elles. Une des filles vomit dans la voiture que Jeff lave consciencieusement avant de rentrer chez lui. Le lendemain, la police vient l’arrêter : la fille de 12 ans de la mère qu’il avait déposée chez elle a été enlevée. Son empreinte sur la fenêtre et le lavage de la voiture suffisent à incriminer Jeff, alors que le corps de l’adolescente  n’a pas été  retrouvé. Accusé d’être un meurtrier et pervers sexuel, le brave Jeff se retrouve mis en sécurité dans une cellule du  couloir de la mort. Personne ne veut croire en  son innocence, pas même son avocat. Seul un serial killer et un vieux policier lui redonnent un peu d’espoir en croyant son aberrante histoire.

Avec beaucoup d’ironie et une plume incisive, Iain Levison bat en brèche la fameuse présomption d’innocence et dépeint les travers de la police et de la justice américaine. Au centre du système, le sympathique Jeff est une sorte de Joseph K un peu moins névrosé, extrêmement  sympathique et dont la patience force le respect. Encore un excellent roman de Iain Levison  dont la plus grande force est de mettre son imagination loufoque au service d’une description ultra-réaliste et quasi-politique de la société américaine.

Iain Levison,  « Arrêtez-moi là! » (« The cab driver), trad. Franchita Gonzales Battle, Liana Levi, 256 p., 18 euros, parution mars 2011.