Heloïse est chauve d’Emilie de Turckheim, un roman complétement libre

9 février 2012 Par
Yaël Hirsch
| 2 commentaires

Prix vocation pour son roman « Chute libre » (2009) et saluée à la rentrée littéraire 2010 pour son « Joli mois de mai » (eho), la talentueuse Emilie de Turckheim nous surprend encore avec « Héloïse est chauve ». Une histoire d’amour à la fois profonde et déjantée, qui paraît aux Éditions Héloïse d’Ormesson le 2 février prochain.

Dès l’âge de quatre ans, la turbulente Héloïse est amoureuse. Son prince charmant s’appelle Lawrence, il est grand, fort et médecin. Il a un accent irrésistible et apaise la mère d’Héloïse avec laquelle il a vécu et il est toujours ami. Petit détail : Lawrence a… 11 fois l’âge d’Héloïse. Autre obstacle : Lawrence est marié avec Fleur. Déjà toute petite,  Héloïse ne parle pas de mariage mais d’amour déjà très sexué. A douze ans, alors que ses formes féminines s’esquissent juste, elle se jette à l’eau et le séduit. Devant tant de volonté et de sensualité, Lawrence capitule. Leur liaison reste secrète un temps. Pour Héloïse, ce n’est que du bonheur.  La jeune femme découvre sa vocation d’artiste tout en vivant pleinement sa relation avec Lawrence…

Portant sa plume extrêmement vivante à la limite du tabou de l’inceste, Emilie de Turckheim prend à rebours  tous les lieux communs de ce qui se fait et ne se fait pas. Brillante dans l’évocation d’une sexualité joyeuse entre une jeune femme et son grand amour plus âgé, elle ne tombe jamais dans  le cliché  du tabou de la différence des âges. pas d' »Harold et Maud » donc mais une Héloïse et un Lawrence amoureux, entiers, lui déjà bien marqué par la vie et ses aventures passées; et elle, entièrement épanouie dans une relation pour laquelle elle ne sacrifie rien. Terriblement bien écrit, parfaitement joyeux et en même temps toujours réaliste sur les difficultés que rencontre un couple qui dure, « Héloïse est chauve » est une grande histoire d’amour et certainement un des romans les plus enthousiasmants de cet hiver 2012.

Emilie de Turckheim, Héloïse est chauve, Eho, 224 p., 18.50 euros. Sortie le 2 février 2012.

« Héloïse glisse ses deux poings sous le bassin de Lawrence qui se prend à calculer les années. Il aura soixante ans quand elle en aura vingt. Il crèvera l’enclume de quatre-vingts années quand elle fêtera, dans la vallée heureuse de l’âge, ses quarante ans. Tout en comptant, il réalise qu’Héloïse suce un lieu extraordinaire de son corps, qu’il se retient de jouir, qu’aucune femme de cinquante-trois ans n’avait encore eu l’érotique gentillesse de lui lécher le trou du cul. Elles montent. Les larmes. Lui vient la peur de mourir sans avoir été capable, malgré la famille aimante, les succès, les îles amoureuses, d’être heureux sans arrière-pensées.

Héloïse se redresse, les lèvres brillantes de salive.

-C’est bien ou c’est pas bien ? » p. 71

Informations Pratiques


Heloïse est chauve d’Emilie de Turckheim, un roman complétement libre

Liens: Eho

Emilie de Turckheim signe son nouveau roman ce jeudi 9 février 2012 à 19h à la Librairie Gallimard (15 bd Raspail, Paris7e, m° Sèvres-Babylone)