Route 62: les dessous du rêve américain par Ivy Pochoda

20 août 2018 Par
Yaël Hirsch
| 0 commentaires

Remarquée avec L’autre côté des docks (Prix Page America 2013), la newyorkaise Ivy Pochoda investit Los Angeles et le grand ouest avec son roman habité sur la Route 62. Une des puissantes sorties étrangères de cette Rentrée littéraire 2018, chez Liana Levi.

 

 

Un matin comme les autres un jeune homme bronzé et beau se met à courir nu sur l’autoroute en plein pic de trafic de Los Angeles. En route pour le travail, le terne Tony se sent galvanisé par cet être si libre, désormais sous le feu des médias et il sort de sa voiture pour le suivre. Mais l’histoire de ce coureur n’est pas que gloire, amour et beauté. Sa belle folie est le fruit d’une rivalité coriace avec son frère et d’une relation floue avec des parents gourous… Qui plus est, un homme est à la recherche du jeune homme pour une vengeance redoutable … La rencontre de Tony avec une proche du coureur, Britt permettra d’éclairer cette course et peut être certains mystères de cette éternelle Babylone : Los Angeles.

Fonctionnant à la fois comme un puzzle et un roman choral aux voix éclatées, Route 62 s’étale sur une dizaine d’années et permet aux lecteurs de rencontrer le côté des miracles : l’étudiante en cavale, les deux frères bibliques déchirés, le gourou post-hippie et ses poulaillers se mettent à vivre sous les yeux d’un travailleur simplet, ordonne, marié et hypnotisé. Très cinématographique, malin dans sa progression, un zeste d’ironie planqué derrière le mysticisme du western : tous les ingrédients d’un grand roman sont là et on ne lâche pas Route 62. À lire, de ouvrir et offrir.

Ivy Pochoda, Route 62, trad. Adélaïde Pralon, Liana Levi, 352 p., 22 euros. Sortie le 6 septembre 2018.

Visuel : ©couverture du livre.