« La mésange et l’ogresse », une plongée dérangeante parmi les protagonistes de l’affaire Fourniret par Harold Cobert

4 août 2016 Par Yaël | 1 commentaire

Après nous avoir immergé dans les derniers jours de Jim Morrisson, l’écrivain Harold Cobert nous plonge dans la tête des protagoniste de l’affaire Fourniret en nous faisant notamment entrer dans la tête faussement aveugle de la femme du criminel : Monique Fourniret. Un pari fort, difficile et réussi.

Note de la rédaction :

 

En 2003, Michel Fourniret est arrêté pour tentative d’enlèvement. La police commence à se pencher sur ce mari et père de famille pour découvrir qu’il s’agit d’un tueur en série. L’enquête sur l’ »Ogre des Ardennes » fait état d’au moins 9 enlèvements, viols et meurtres de petites filles. Qu’a donc bien pu savoir ou ne pas savoir sa femme, Monique, pendant près de 15 ans, quand son mari se mettait en chasse?

La mort est son métier mais Harold Cobert choisit le point de vue de celle qui « laisse faire ». Face au truculent et sympathique inspecteur chargé de l’enquête, Monique Fourniret est un personnage fascinant, horrifiant et énigmatique. La perspective de Harold Cobert sur une histoire aussi noire est brillante et son traitement sans jugement a priori d’une partie les plus immondes de l’âme humaine fonctionne parfaitement pour nous mettre mal à l’aise et réfléchir. Objet littéraire non identifié, qui est aussi un travail âpre de moraliste jamais moralisateur, La mésange et l’ogresse est l’un des roman dont on va beaucoup parler en cette rentrée littéraire 2016.

Harold Cobert, La mésange et l’ogresse, Plon, 20 euros. Sortie le 18 août 2016
visuel : couverture du livre


LAISSEZ UN COMMENTAIRE VIA FACEBOOK:

comments

COMMENTAIRES:

  1. Ping : Rentrée littéraire : "La m&e...

Laissez un commentaire: