« Dispersez-vous, ralliez-vous » : Djian au cœur d’une vie de femme

7 mars 2016 Par Yaël | 0 commentaires

Dans son nouveau roman, Philippe Djian, auteur entre autres de Oh! (Prix Interallié 2012) et Incidences (adapté par les frères Larrieu), se penche sur la vie d’une jeune-femme faussement fragile. Derrière son titre emprunté à un poème classique de Rimbaud, Dispersez-vous, ralliez-vous ! est un texte complexe et subtilement construit.

Note de la rédaction :

Restée seule avec son père agent immobilier après que la mère puis le frère les a quittés, l’adolescente Myriam s’occupe de lui plus que d’elle. Elle préside à la nourriture aussi bien qu’au business en s’habillant en petite fille sage pour aller à des enterrements où l’on confie les successions immobilières à son papa. Très solitaire, Myriam se lance comme en apnée dans la vie quand elle commence une aventure avec Yann, le fils quadragénaire de ses voisins que son père et elle ont retrouvé mort, après leur suicide. D’un seul mouvement, elle se laisse séduire, emmener en ville, épouser et mettre enceinte. Dans la proximité étrange de la sœur de Yann et d’aventures de ce derniers avec des adolescentes, La petite Caroline. Myriam n’a pas la fibre maternelle et commence l’héroïne. Le retour de son frère et sa mère dans sa vie autour de l’héritage paternel crée une réaction soudaine : après avoir mis le feu à la maison originelle, Myriam reprend sa vie en main, sans jamais renoncer à la bohème un peu malsaine qui la caractérise…

Puissante plongée en apnée dans le fort intérieur d’une jeune fille puis d’une femme aussi introvertie que mystérieuse, Dispersez-vous, ralliez-vous a toutes les qualités d’un texte classique : comme Maupassant, Djian nous raconte « Une vie », sans la juger. Le déroulé de cette vie est si intime et puissant qu’il est presque atemporel et comme dans OH!, l’écrivain se glisse assez habilement dans la peau d’une femme. Mais la vraie réussite du roman est – comme souvent chez Djian- l’ambiance légèrement pourrie et en même temps tourbillonnante et vibrante qui entoure son personnage. Encore un beau matériau pour un film à faire…

Philippe Djian, Dispersez-vous, rallier-vous!, Gallimard, 208 p., 18 euros. Sortie le 03 mars 2016.
visuel : photo et couvertures officielles (c) Gallimard.


LAISSEZ UN COMMENTAIRE VIA FACEBOOK:

comments

Laissez un commentaire: