Cet Autre Amour, par Dominique Dyens chez Robert Laffont

28 août 2017 Par
David Rofé-Sarfati
| 0 commentaires

Tu crois que c’est normal d’être amoureuse de son psy ? Voici la question . De cette question presque kitch, Dominique Dyens infuse un texte attachant, courageux, parfois captivant et extrêmement profitable. 

9782221197455

Dominique Dyens est l’auteure de huit romans, dont La femme éclaboussée. Son dernier roman est une histoire d’amour. Elle nous y confie un amour qui est autre, car précisément il est un amour impossible, incestueux, un amour dont on ne parle pas, dont ne procède aucun roman, dont on s’est habitué à n’en rien dire en recouvrant chaque début de questionnement par le mot commode de transfert.
Dominique Dyens courageuse attrape sa plume et raconte cette incroyable histoire d’amour qui l’a saisie par surprise et à laquelle il lui a été impossible de résister. Pendant deux longues années, explique-t-elle, j’ai mené une double vie. Je parlerais plutôt d’une vie double, c’est-à-dire fragmentée, divisée entre une vie conjugale heureuse, ouverte au regard des autres, et une vie intime, secrète, qui a puisé son inspiration dans les profondeurs de mon inconscient.

Quel est ce lien d’amour unique qui unit un (e) patient(e) à son (sa) psychanalyste ? C’est donc ça, le transfert? Telle est la question que tente de cerner la narratrice de Cet autre amour lorsque, amenée à entreprendre une thérapie à la suite d’un choc émotionnel violent, elle tombe amoureuse de son analyste. Ce récit relate la fascinante aventure affective et intellectuelle qu’est la psychanalyse.

Lorsqu’elle téléphone à un psychanalyste qu’on lui conseille, elle est en pleine crise de couple et crise de vie. À l’issue du premier rendez-vous lorsque l’analyste lui donne un nouveau rendez-vous pour la semaine suivante elle accepte avec plaisir et soulagement sans réaliser que des années de résistance à la psychanalyse viennent de céder et bien loin d’imaginer alors ce que cette rupture de digue charriera d’émotions et de turbulences.
Et elle va nous faire vivre chaque émotion, chaque turbulence avec sa jolie plume trempée dans l’émerveillement surpris de l’infantile, mais aussi dans la solide sincérité de la maturité.
Ce roman très autobiographique et très intime dépasse le seul témoignage d’une psychanalyse heureuse, il est aussi un produit littéraire fabriqué par un imaginaire fécond. Ainsi, lorsqu’elle nous raconte qu’elle rêva que son psy rêverait d’elle, elle écrit un texte magique délicieux pour la psychanalyse et délicieux pour l’art du roman enchâssé.
Son amour pour son mari est en retrait. Après avoir tordu le cou à toute culpabilité inutile en nous expliquant cela, elle va nous expliquer combien son psychanalyste est beau, cool et séduisant, au sex appeal assorti d’un piquant accent sud-américain. Elle tombe amoureuse de lui. C’est, le transfert lui assène, une amie. Elle décide donc de coaliser et le transfert et cet autre amour.
Son analyse sera un long parcours où elle sera portée par lui en même temps qu’encombrée par lui justement, cet autre amour. Mais, sa psychanalyse se révéle fructueuse et elle se posera la seule question qui vaille de ce qu’est l’amour, en quoi il consiste et par quoi il se reconnaît. Car on l’aura compris, le roman parle surtout de cette petite fille pas certaine d’avoir été aimée ; il est un roman attachant pour cela. Le livre par retour à son édition parle aussi de cette difficulté des psychanalyses à finir. Dyens espère transférer sur ses lecteurs pour se débarrasser auprès de nous de cet amour incompréhensible et de ce transfert encombrant. Elle nous quittera avec trois rêves encore et un petit mensonge : l’amour serait indispensable à l’analyse. Et on chemine avec plaisir, car sa confession est émouvante, la plume tendue et habile.

 

 

Parution : 17 Août 2017
Format : 1 x 215 mm
Nombre de pages : 234
Prix : 18,00 €