Les aventures de l’infortuné marrane Juan de Figueras de Jean-Pierre Gattégno

28 mars 2018 Par
David Rofé-Sarfati
| 0 commentaires

Jean Pierre Gattegno est un romancier doublé d’un conteur. Il nous livre cette fois une épopée haletante dans l’Espagne du 15eme siècle en pleine inquisition.

ant_gat_figueras_couv_rvb-2

On doit à Jean Pierre Gattegno Mortel TransfertJ’ai tué Anémie Lothomb, Sur le divan, Une place parmi les vivants, Longtemps je me suis couché de bonne heure. Cette fois il nous propose un roman d’aventures en même temps qu’une chronique historique.

En Espagne suite aux conversions d’une partie des juifs – et à l’expulsion des autres -, les nouveaux catholiques” sont traqués. Ils risquent de se retrouver au bûcher. Les dénonciations sont encouragées, récompensées …  ou obtenues sous la torture.

Dans les aventures de l’infortuné, on va suivre la vie d’un enfant marrane durant l’inquisition. Très jeune, Juan, sans connaître sa condition est placé comme pensionnaire dans un collège afin de recevoir une formation d’ecclésiastique.  Ce sera la première étape d’un voyage initiatique au cours duquel sans cesse renvoyé à sa position de marrane il connaîtra pour survivre la prostitution, la mendicité, le brigandage.

Le conte fait penser à L’Élixir du Diable d’Hoffman où l’élixir serait remplacé par cet attribut de Juif, attribut qui découvert devient une malédiction et cependant restera une bénédiction pour cet enfant qui au départ très naïf s’endurcit au fil du roman. Le statut de marrane sera son viatique caché vers des aventures épiques et tragiques pilotées de loin par une bonne étoile, une étoile à 6 branches,  qui saura le conduire loin de cette Espagne barbare vers Salonique.

Le livre est un magnifique roman d’aventure pour ados, et pour tout passionné d’histoire qui découvrira le quotidien des marranes,  l’Espagne de l’inquisition avec la police religieuse, les alguacil, avec les limpiio de sangre les sangs purs et les puerco de marrano, les cochons de marrane. On y apprendra entre autres curiosité l’existence des marranes inversés.

Aussi, en filigrane, l’histoire du petit Juan raconte un universel, celui du faux semblant, celui de la difficulté d’être soi même au sein de la société des hommes car au fond nous sommes toujours le marrane de quelqu’un.

432 pages d’une jolie aventure épique et individuelle doublée d’une belle leçon d’histoire

 

Les aventures de l’infortuné marrane Juan de Figueras de Jean-Pierre Gattégno aux Editions de l’Antilope