« Apatride » de Shumona Sinha, la femme indienne au cœur d’un roman bouleversant

3 janvier 2017 Par
Marine Stisi
| 0 commentaires

L’auteure franco-indienne Shumona Sinha (auteure de Assomons les pauvres ! et de Calcutta) publie en cette rentrée littéraire de janvier 2017 son nouveau roman, Apatride, aux Editions de l’Olivier. Le lecteur suit, de Paris à Calcutta, le trajet de trois femmes face au monde extérieur. Un roman d’une vérité terrible mais à la beauté évidente.

apatride

Destins mêlés de femmes indiennes

Shumona Sinha, romancière franco-indienne née à Calcutta, est venue s’installer en France en 2001, y a fait ses études et y demeure encore aujourd’hui. Dans son nouveau roman Apatride, elle traite ainsi d’un sujet qu’elle connaît bien, puisqu’elle met en lumière la vie de Esha, jeune indienne venue exercer à Paris comme prof d’anglais, après avoir presque fantasmé la capitale française. D’un autre côté, le lecteur apprend à connaître, mais plus en filigrane, Marie, une indienne adoptée par des français qui tente aujourd’hui, par le biais notamment de luttes sociales et politiques, de renouer avec son pays d’origine. Elle-même fréquente une indienne sur place (la banlieue de Calcutta), Mina, autre figure que Shumona Sinha éclaire.

Ces trois femmes, chacune à leur manière, incarne le destin des femmes indiennes. Quel avenir, alors ? L’adoption contre de l’argent, s’enfuir et être confrontée au racisme et sexisme quotidiens d’une ville idolâtrée à l’étranger, ou rester et subir la violence terrible et normale d’un pays qui bafoue les droits des femmes ? Impuissant, le lecteur assiste aux injustices les plus crues, aux cruautés les plus sordides.

Sans patrie

C’est un portrait bien noir que dresse Shumona Sinha, d’une plume limpide et poétique, rythmé par de très belles formules, dessinant avec vérité les faubourgs parisiens sans les nommer et les quartiers indiens de son enfance. Ce roman, qui se lit très facilement, nous accroche sans nous lâcher, nous bouleverse autant qu’il nous intimide. Les héroïnes, victimes de la bêtise, de l’amour, sont d’incroyables tragédiennes qui donnent à réfléchir sur une société sclérosée.

Apatride, c’est cette femme qui tente d’ouvrir son savoir aux autres, de s’adapter et d’aimer une nouvelle culture, mais à qui la ville entière semble lui refuser l’entrée. Mais que faire, quand son propre pays lui semble étranger ? Un roman bouleversant à lire, incontestablement.

Shumona Sinha, Apatride, Editions de l’Olivier, 192 pages, 17,50€.

Date de parution : 5 janvier 2017

Visuel : (c) DR