«Relire, Enquête sur une passion littéraire» de Laure Murat, Pourquoi relire?

9 octobre 2015 Par
Le Barbu
| 0 commentaires

Professeur à l’Université de Californie (Los Angeles UCLA ), Laure Murat est l’auteur de Passage de l’Odéon et de L’homme qui se prenait pour Napoléon (Prix Fémina 2011). Son dernier livre, Relire, Enquête sur une passion littéraire, dévoile sa passion pour les livres et la littérature.

9782081347281

« Si l’on ne peut trouver de jouissance à lire et à relire un livre, il n’est d’aucune utilité de le lire ne serait-ce qu’une seule fois », déclarait Oscar Wilde, qui faisait de la relecture « le critère élémentaire de ce qui est ou n’est pas de la littérature ». Mais que nous apprend au juste une deuxième lecture que la première n’avait pas révélée ? Pour quelle raison les enfants veulent-ils entendre chaque soir la même histoire ? Au fond, pourquoi relit-on ? Voici une singulière enquête sur une passion littéraire aussi dévorante aujourd’hui qu’hier : la relecture.

Fondée sur des dizaines d’entretiens avec de grands auteurs contemporains, de Christine Angot à Jean Echenoz, d’Annie Ernaux à Patrick Chamoiseau, cette enquête convoque les différentes facettes d’une expérience intime. Décrivant le pouvoir des lectures-fétiches de l’enfance, du deuil de finir un livre ou celui de l’érotisme de la répétition, cet essai unique en son genre est un hommage à la littérature et à ceux qui l’écrivent.

Toutes les sondés relisent, par besoin professionnel, par plaisir aussi. Pourquoi reprendre un ouvrage qu’on a déjà terminé, alors qu’il en reste tant d’autres à découvrir?

«J’ai connu une phase intense de relecture quand j’ai fait mes études de lettres», explique logiquement Julia Deck. «Je reprends des livres que je n’arrive pas à terminer, comme «Ulysse» de James Joyce», déclare Christine Angot. «Je veux y arriver.» «Certains livres ne révèlent tout leur sens qu’à la deuxième ou troisième lecture», selon Linda Lé. «Il y a des livres que je redoute de relire», se désole Jean Echenoz, «afin de garder intact l’éblouissement de la première lecture.»

Il existe aussi des déceptions car le lecteur change.

Mais un auteur domine nettement les autres en termes de relecture. Il s’agit de Marcel Proust. Certains relisent la «Recherche» dans son intégralité, comme un rituel sacré, un pèlerinage en terres saintes, d’autres vont y chercher un passage, picorent dedans… Enfin, les plus fétichistes vont privilégier UNE édition, et seront incapables de le relire dans un autre format…  Evelyne Bloch-Dano était une fan du Livre de Poche. Elle s’est mise à Folio, sans la foi «C’est moins bien.». Proust peut même devenir un moteur de vie. Sabine Prokhoris n’était pas encore sûre de quitter quelqu’un. Elle a repris «La fugitive». «Deux mois plus tard, je faisais mes valises et je déménageais

« Relire » est un ouvrage passionnant destiné aux amoureux de la littérature. A lire !

«Relire, Enquête sur une passion littéraire», de Laure Murat aux Editions Flammarion, 302 pages, septembre 2015, 19 euros.