Portrait du gastronome Balthazar Grimod de la Reynière chez Séguier

25 janvier 2017 Par
Yaël
| 0 commentaires

Gourmand de son sujet, le spécialiste du 18e siècle, Jean Haechler, dresse chez Séguier un portrait d’un illustre méconnu: Ami de Rétif de la Bretonne, affairiste, aventurier et surtout gourmet en pleine Révolution, le gastronome Balthazar Grimod de la Reynière gagne à être connu.

grimod-de-la-reyniere
Né sans mains dans une famille où la mère était noble et le père riche bourgeois au milieu du 18e siècle, Balthazar Grimod de la Reynière est peu aimé dans son enfance. L’âge adulte étant à 30 ans, il met du temps avant de prendre son indépendance, mais se fait connaître comme littérateur, en réunissant notamment autour de lui des hommes de lettres connus (Rétif, Beaumarchais…)et des poètes des rues, lors de déjeuner de tartines et de litres de cafés. Républicain mais pas révolutionnaire, il vit largement de l’argent de son père, tout en tentant de percer dans les affaires. Ce n’est qu’après la Révolution et de retour à Paris après un tour avec sa « femme » dans le Sud que sa vocation littéraire le pousse dans une discipline où il est véritablement pionnier : il fonde l’Almanach des Gourmands en 1803, fruit des délibérations de critiques littéraires réunis en « Jury dégustateur ». Balthazar Grimod de la Reynière vit plus de 80 ans… Il aurait demandé un verre d’eau sur son lit de mort en guise de pénitence et de réconciliation.

Ecrit dans un style vif et avec le vocabulaire des Lumières, richement illustré de portraits, de recette et maniant à la perfection contextualisation et citation, cette biographie est le livre d’un passionné. Fine plume pour fines bouches, Jean Haechler nous fait entrer dans l’époque et la psyché d’un personnage complexe avec une grâce infinie. Un livre qui se dévore comme un menu de tout grand chef.

Jean Haechler, Balthazar Grimod de la Reynière, Un Gastronome à la table des Lumières, Séguier, 280 p., 21 euros, Sortie le 17 novembre 2016.
visuel : couverture du livre.


LAISSEZ UN COMMENTAIRE VIA FACEBOOK:

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *