« Les doreurs de pilule » ou la folie litteraire de Mathias Daval

20 avril 2016 Par
Amelie Blaustein Niddam
| 0 commentaires

En ces temps obscurs où le mot « debout » signifie « assis », il est de bon ton de se rappeler que si les mots ont un sens c’est pour mieux les troubler et les détourner. C’est ce que fait Mathias Daval, dans Les doreurs de pilule, illustré par Philippe Cruyt et préfacé par l’espiègle Alain Rey.