Coco Chanel serait une espionne nazie selon sa nouvelle Biographie

19 août 2011 Par
Tristan Karache-Prudent
| 1 commentaire

Un nouveau scandale entâche la mémoire et l’image de Coco Chanel. La parution du livre Sleeping with the Enemy, Coco Chanel’s Secret War qui signifie en français Au lit avec l’ennemi, la guerre secrète de Coco Chanel du journaliste américain Hal Vaughan révèle que Gabrielle Chanel farouchement antisémite aurait participé à l’effort de guerre nazi par des missions d’espionnage.

C’est au bout de quatre années de recherche que son auteur de 84 ans a publié chez Knopf cet ouvrage. Il s’appuie sur des documents provenant des archives françaises, anglaises, américaines et allemandes. Ces dernières n’ont été que récemment déclassifiées et l’auteur explique que beaucoup de personnes ne souhaitent pas que l’image de l’idole de la mode française soit noircie par son passé jusqu’alors quasi-inconnu.

Une biographie qui dresse le portrait d’une femme :  « Antisémite confirmée, anticommuniste forcenée et agent des services de renseignements allemands.» Elle aurait été l’agent F-7124 de l’Abwehr, service de renseignement militaire allemand, installé durant l’Occupation à l’hôtel Lutetia de Paris selon des documents de la police française datant de 1946.

Plusieurs points révélés dans cette biographie sont repris par la presse anglo-saxonne. Le titre de l’ouvrage fait référence à la liaison que la couturière aurait eu avec Hans Gunther von Dincklage, diplomate allemand en poste à Paris. Henry Gidel, auteur d’une autre biographie sur la créatrice explique que « si Coco Chanel fait appel à lui en 1940, c’est d’abord pour lui demander de faire libérer son neveu chéri, André Palasse, fait prisonnier.» L’auteur écrit aussi : « Les motivations réelles de Coco restent mystérieuses. S’est-elle persuadée, dans un délire mégalomaniaque, qu’elle était investie d’une mission ou, plus simplement, était-elle ‘tenue’ de jouer un rôle en contrepartie de la libération d’André Palasse ? » Cependant, il reste difficile de savoir quand et pour quelles raisons elle est restée amante de ce dernier.

Autre sujet de controverse, l’opération « Modelhut » soit « chapeau de couture » en français. Un épisode encore une fois connu où Coco se serait essayée au rôle d’intermédiaire entre Churchill et l’Allemagne. Un rapport du MI6 révèle des détails sur les intentions d’une possible rencontre : « En avril 1944, le Staatsrichter Schieber, le bras droit de Speer, et le Rittmeister Momm ont mentionné à Schellenberg l’existence d’une certaine Frau Chanel, de nationalité française, propriétaire de la célèbre usine de parfums. Ils lui ont dit que cette femme connaissait suffisamment Churchill pour engager des négociations politiques avec lui, en tant qu’ennemie de la Russie et désireuse d’aider la France et l’Allemagne dont les destinées, selon elle, étaient étroitement liées ». Quelles sont les destinés qui selon Chanel sont communes entre l’Allemagne nazie de 44 et la France ?

L’élément du livre qui défraye le plus la chronique reste tout de même l’antisémitisme de Coco Chanel. Selon le journaliste/historien, elle entretiendrait une haine farouche, profonde et tenace contre les juifs. L’auteur lui reproche le fait qu’elle aurait profité des lois anti-juives pour récupérer la propriété des parfums dont la création était affiliée aux frères Wertheimer. Elément qui semble sonné faux lorsqu’on sait que les frères à la mort de Gabrielle Chanel en 1971 ont récupéré l’empire. Henry Gidel explique qu’ils avaient simplement des relations houleuses mais il affirme aussi que personne ne l’a jamais entendue tenir des propos antisémites.

En réaction à cette parution, le groupe Chanel a diffusé un communiqué mardi dernier dans lequel il s’indigne concernant l’antisémitisme supposé de Coco Chanel : « Aurait-elle accepté de nouer des relations avec la famille propriétaire ou aurait-elle eu des amis d’origine juive parmi ses intimes et ses relations professionnelles (…) si elle avait réellement eu cette posture ? On peut en douter… » Concernant sa relation avec Hans Gunther von Dincklage, le communiqué explique que la seule chose dont le groupe soit sûr c’est « qu’elle a eu une relation amoureuse avec un aristocrate allemand ». Pourquoi et dans quel but, les avis sur la question divergent.