Art Record Covers: L’art un concept subjectif au service du son

3 février 2017 Par
Jean-Christophe Mary
| 0 commentaires


Connaissez-vous l’histoire cachée de l’artwork de vos albums préférés ? De Andy Warhol (John Lennon, Rolling Stones, Aretha Franklin) à Robert Mappelthorpe (Patti Smith, Sicissor Sisters), de Julian Schnabel (Elton John, Red Hot Chilli Peppers) à Damien Hirst (Red Hot Chilli Peppers, The Hours) en passant par Keith Haring ( Bowie), Pablo Picasso (Vivaldi), René Magritte (Beck) et Victor Vasarely (Bowie), chaque artiste a apporté son univers à travers l’artwork de ces albums cultes de la pop music.

8f501a88-cf79-419d-935d-1ef81a547a79

À travers plus de 500 clichés datant des années 50 à nos jours, l’ Historien d’art Francesco Spampinato nous raconte l’histoire de l’artwork de ces magnifiques illustrations d’albums. Pochette après pochette, tout est décrypté, analysé et expliqué et nous permets de mieux comprendre comment production musicale et création visuelle ont entretenu une relation des plus étroites. De L’Arte dei Rumori (L’Art des bruits), manifeste futuriste de Luigi Russolo publié en 1913, aux Rotoreliefs de 1925, aux disques recto-verso de Marcel Duchamp, le XXe siècle a été le témoin des échanges de plus en plus fertiles entre sons et formes, symboles et mélodies, et entre tous les champs de la composition et de la performance. Aujourd’hui réduites à la taille de12 cm (format CD), les livrets ont perdu beaucoup de leur impact. Alors que dans les années 60 et 70 la musique s’identifiait aisément aux superbes images reproduites sur les pochettes de disques. Dessins, graffitis, hiéroglyphes, collages, photographies, toutes ces pochettes suscitent aujourd’hui plus que jamais le désir, celui de nous faire rêver. Au temps du vinyle, les pochettes étaient souvent doubles et, une fois dépliées, elles composaient des fresques de 60 x 30 cm qui prenaient tout leur sens. Certaines de ces œuvres originales valent aujourd’hui des fortunes et sont très prisées des collectionneurs. Dans ce superbe ouvrage à grand format, on trouve des artwork étonnants tels que ces aiguilles plantées dans le visage de Debby Harry créée par Damien Hirst, le crâne de Damien Hirst, symbole des albums de The Hours, les hiéroglyphes urbains créés par Jean-Michel Basquiat pour Tartown, sa propre maison de disques, le graffiti de Banksy réalisé au pochoir pour Blur, et un papillon épinglé par Salvador Dalí pour l’album Lonesome Echo de Jackie Gleason. Ici chaque oeuvre est accompagné d’ explications claires avec une fiche descriptive rappelant l’artiste, l’interprète, le nom de l’album, le label, la date de sortie et des informations sur l’œuvre d’art d’origine. Grâce aux témoignages de Tauba Auerbach, Shepard Fairey, Kim Gordon, Christian Marclay, Albert Oehlen et Raymond Pettibon, l’ouvrage nous guide dans les coulisses de ces collaborations entre artistes et musiciens et apporte un éclairage aussi bien conceptuel que technique sur le processus créatif de chacun. Un régal pour vos yeux, autant que pour vos oreilles.

Jean-Christophe Mary

Art Record Covers
448 pages
Date de parution : 16 janvier
Editions Taschen
49,99 €


LAISSEZ UN COMMENTAIRE VIA FACEBOOK:

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *