FIBD d’Angoulême 2018, le palmarès

1 février 2018 Par
Laetitia Larralde
| 0 commentaires

Cette année, le palmarès du 45ème festival de la bande dessinée d’Angoulême fait la part belle aux petites maisons d’édition.

affiche-du-45e-festival-international-de-la-bd-d-angouleme

Mis à part le fauve d’or, prix du meilleur album pour La saga de Grimr de Jérémie Moreau (voir notre article), le fauve polar SNCF pour Jean Doux et le mystère de la disquette molle de Philippe Valette, tous les deux publiés chez Delcourt, et le prix du public Cultura pour Dans la combi de Thomas Pesquet de Marion Montaigne chez Dargaud, le reste du palmarès se tourne résolument vers les éditeurs indépendants. Le prix spécial du public revient à Marion Fayolle et son album Les amours suspendues chez Magnani. Le prix de la série récompense le tasmanien Simon Hanselmann et sa série Megg, Mogg & Owl paru chez Misma, après une prépublication dans Libération. Le prix révélation met en lumière un héritier de Daniel Clowes ou Chris Ware, l’américain Nick Drnaso avec Beverly, chez Presque Lune Editions. Le prix jeunesse revient à Julia Billet et Claire Fauvel  pour leur adaptation du roman de Julia Billet, La guerre de Catherine, chez Rue de Sèvres. Le prix du patrimoine met à l’honneur un monument du manga paru en 1982 et juste traduit par le Lézard noir, Je suis Shingo, de Kazuo Umezu. Et enfin, le prix de la BD alternative récompense le numéro 8 du magazine Bien, Monsieur.

A une époque où la bande dessinée se développe rapidement et dans des conditions souvent difficiles, ce palmarès est un souffle d’espoir qui espérons soutiendra les acteurs de la bande dessinée indépendante et créative.