0dfbb664a1d882af39aada8e511ca6be VEREIN… à cent guerres de la paix dans le monde
Lieu: Nouveau Théâtre de Montreuil

Adresse : 10 place Jean-Jaurès, 93100, Montreuil
Du 03 février 2016 au 13 février 2016 | Tarif : 22 € / Demi-tarif : 8 €

DESCRIPTION

Christophe Meierhans

VEREIN ZUR AUFHEBUNG DES NOTWENDIGEN * (titre entier)
Et si pour changer, les spectateurs passaient à l’action ? Une soirée surprenante où l’on découvre que l’art culinaire pourrait être une image de la démocratie.

Sur scène, une cuisine de restaurant. Les cuisiniers et les maîtres d’hôtel ont déserté les lieux. Si nous voulons manger, il faut se mettre derrière les fourneaux. En suivant des instructions précises dans un ordre déterminé, chacun est invité à venir mettre la main à la pâte. À quoi ressemblera le dîner ? Nous le saurons seulement à la fin de l’expérience. À vous d’entrer dans le jeu, d’ajouter votre grain de sel, de suivre les règles ou même de les transformer… Christophe Meierhans tire les ficelles de cette expérimentation collective culinaire.

Cet artiste suisse vient du monde de la performance, de la musique et de la vidéo. Pour lui, la scène de théâtre est un espace de confrontation avec le public qui permet de faire réfléchir à la pratique de la démocratie. Ce qu’il préfère, c’est jouer avec les attentes du public et créer du débat.

La saison dernière avec Some use for your broken clay pots, il nous avait embarqués dans l’invention d’une nouvelle constitution politique. Rien que ça… Cette fois, Christophe Meierhans continue à réfléchir à la pratique de la démocratie, et souligne la responsabilité individuelle et collective à l’œuvre dans les préparatifs d’un repas. Que se passe-t-il quand on veut concilier des préférences gustatives opposées ? Comment contenter chacun et garantir le bon déroulement du repas, rituel collectif ?

Ce spectacle participatif aura, chaque soir, une saveur unique, avec un assaisonnement dramatique ou comique, selon que les cent spectateurs auront réussi le menu… ou pas.

*association pour la transcendance du nécessaire