46b05475faa879436cd2092ebe36eb3e Ai Weiwei. D’ailleurs c’est toujours les autres
No Lieux connected

No Lieux connected
Du 22 septembre 2017 au 28 janvier 2018 | Tarif : Gratuit €

DESCRIPTION

Travaux récents et interventions monumentales: Ai Weiwei, parmi les artistes
les plus importants et influents de ces dix dernières années, revient en Suisse. Après sa toute première exposition individuelle en Europe, en 2004 à la Kunsthalle de Berne, l’artiste chinois répond une fois encore à l’invitation de Bernard Fibicher, directeur du Musée cantonal des Beaux-Arts (mcb-a). Pour cette exposition – la dernière du mcb-a en ses murs actuels avant son ouverture sur le site de PLATEFORME 10 – Ai Weiwei invite à une grande fête, où ses créations excèdent les salles d’exposition du seul mcb-a pour investir l’espace public du Palais de Rumine ainsi que les musées d’archéologie et d’histoire, de zoologie, de géologie et de la monnaie, ainsi que la bibliothèque cantonale et universitaire.

Du 22 septembre 2017 au 28 janvier 2018, l’exposition Ai Weiwei. D’ailleurs c’est toujours les autres réunit plus de 40 oeuvres, produites entre 1995 et aujourd’hui, en porcelaine, bois, aluminium, marbre, jade, cristal, bambou et soie ainsi que des papiers peints, des photographies et des vidéos témoignant de la richesse de l’oeuvre d’Ai Weiwei et de sa connaissance profonde de la tradition culturelle de son pays. L’artiste détourne ces motifs, modes de fabrication et matériaux traditionnels de manière ludique ou iconoclaste (on y décèle un esprit proche de celui de Marcel Duchamp) pour formuler une critique – tantôt cachée tantôt manifeste – du système politique chinois. Les oeuvres plus récentes constituent autant de commentaires portant sur la complexité
problématique, et globale, des relations internationales (dépendances économiques, flux des réfugiés, etc.). L’exposition du mcb-a salue un artiste complet: plasticien remarquable, esprit encyclopédique, communicateur exceptionnel et homme engagé dans les grandes questions de ce monde. Ai Weiwei pourrait bien être le premier artiste véritablement «global».