« Zootopie » : un nouveau succès à l’approche

13 janvier 2016 Par Hakim Akcha | 0 commentaires

Un an après la production de Vice Versa (Inside Out dans son titre original), les studios d’animation Disney reviennent sur le devant de l’affiche avec un tout nouveau « classique d’animation », Zootopie, prévu dans les salles obscures pour le 17 février.

Cela va bientôt faire deux ans que le projet de Zootopie est en marche. Cette toute nouvelle création, qui promet d’être novatrice, est le fruit du travail de Byron Howard et Rich Moore, deux réalisateurs déjà bien connu au sein des studios Disney avec, à leurs actifs, des succès comme Raiponce (2010) ou Les Mondes de Ralph (2012). Jusqu’à alors, Disney envisageait l’anthropomorphisme (littéralement le « prêt de caractéristiques comportementales et morphologiques humaines à des êtres ou objets censés en être dépourvus ») seulement comme le fait de donner une voix, des pensées et des sentiments à des animaux vivant dans une société humaine. Pour la première fois dans un film d’animation, l’histoire se concentrera sur une civilisation menée et aboutie par les animaux, eux-même.

Ainsi, Zootopia est une ville exceptionnelle où les animaux vivent en communauté civilisée et réglementée. À l’image de nos sociétés humaines, la métropole présente des quartiers chics comme Sahara Square et d’autres qui le sont moins, à l’image de Tundratown où toutes les espèces vivent (quasiment) en harmonie. Dans ce monde, nous suivons Judy Hopps, une jeune lapine faisant son entrée dans la police qui découvre les difficultés à s’imposer dans un univers profondément machistes. Dans l’espoir de prouver sa valeur à ses supérieurs, mais également à la société toute entière, elle se lance à la poursuite d’une affaire concernant des animaux qui seraient revenus à l’état sauvage. Cette affaire va l’emmener sur les traces de Nick Wilde, un renard et escroc professionnel, avec qui elle va devoir faire équipe.

Visuel : © Affiche officielle partagée par Disney.


LAISSEZ UN COMMENTAIRE VIA FACEBOOK:

comments

Laissez un commentaire: