Werner Herzog au Centre Pompidou

12 décembre 2008 Par marie | 2 commentaires

herzog

En France on ne connaît pas mes derniers films, alors on pense que je suis de retour , mais je ne suis pas de retour, je ne suis jamais parti ! » explique Werner Herzog.

En Allemagne, le cinéaste a marqué, avec Fassbinder, Wenders ou Schlöndorff, le début des années 60 (C’était un des représentants du Nouveau cinéma allemand). Pour démentir les propos de l’artiste, le Centre Pompidou, projette tous ses films jusqu’au 2 mars prochain. cliquez ici.
Le Nouveau Cinéma Allemand des années 60 et 70 se démarquait du divertissement en plaçant au coeur des oeuvres la critique sociale et politique. « J’ai tourné beaucoup de documentaires ces dernières années, faute de financement pour mes fictions. Mais dans mon oeuvre, la frontière entre les deux n’est pas évidente. Mes documentaires sont délibérément stylisés et inventifs, je hais le cinéma-vérité, tous ces films qui prétendent enregistrer la réalité avec des manières de comptable. La vérité que je recherche au cinéma est d’ordre poétique, extatique » disait Werner Herzog.
Klaus Kinski fut un des acteurs fétiches du réalisateur, il le fit jouer dans « Aguirre, la colère de Dieu », « Fitzcarraldo », « Nosferatu, fantôme de la nuit », « Woyzeck » et « Cobra verde ». Plusieurs années après la mort de l’acteur, W. Herzog sortait « Ennemis intime » (1999) qui relate la relation entre les deux hommes.

Pour avoir la liste des films projetés,


LAISSEZ UN COMMENTAIRE VIA FACEBOOK:

comments

COMMENTAIRES:

  1. frédéric mercier

    le site cinema-take.com commente au jour le jour la rétrospective herzog qui a lieu jusqu’au 2 mars au Centre Pompidou.

Laissez un commentaire: