The Deuce : L’Amérique des 70’s et l’Eldorado du porno

23 mars 2018 Par
Jean-Christophe Mary
| 0 commentaires

David Simon qui nous a étonné avec sa série culte The Wire revient ici avec un thriller social ayant pour toile de fond la prostitution et les débuts de l’industrie pornographique en Amérique.  the-deuce-1

the-deuce-4

L’essor de l’industrie pornographique du début des années 70 au milieu des années 80. Dans les magasins spécialisés, un autre cinéma se vend sous le manteau. Des films pornographiques un peu cheap, tournés à la chaîne, avec de minuscules moyens. Mais bientôt, tout cela va changer… Aux premières loges de cette révolution culturelle, deux frères jumeaux propriétaires de bars servant de couverture aux mafieux du coin, Vincent et Frankie Martino et Candy, prostituée en quête de liberté, visionnaire courageuse à l’écoute des évolutions de son époque.

the-deuce-2

Côté séries Télévisées, l’apparition sur le petit écran de The Deuce en 2017 aura créé l’évènement. Aux côtés des Soprano, Dexter, Breaking bad ou the Wire, cette nouvelle série s’affiche du point de l’originalité comme l’une des plus importantes produites à ce jour. La sitcom suit la vie de deux frères jumeaux Vince et Frankie Martino (tous les deux interprétés par James Franco), Candy (Maggie Gyllenhaal) prostituée et Rudy (Michael Rispoli) un homme de main de la mafia locale. Dans ce New York des 70’s, chacun fait ce qu’il peut pour s’en sortir, jusqu’à ce que la production de films X devienne le nouvel eldorado. On y croise Lori une nouvelle prostituée ambitieuse (Emily Meade), Darlene la tendre (Dominique Fishback), Ruby la gouailleuse (Pernell Walker), Ashley la rejetée (Jamie Neumann), l’étudiante Abby (Margarita Levieva) mais aussi des macs, des policiers et une journaliste. De la prostitution au cinéma pornographique, on découvre comment le porno a connu un essor fabuleux jusqu’à devenir cet empire qui s’élevait à 57 milliards de dollars en 2013 selon l’Organisation des Nations Unies. La série montre les balbutiements des premiers tournages ( Gorge Profonde) et décrit un monde sexy, facile en apparence mais difficile, laborieux et très dur et en réalité. Les points forts sont bien sûr les costumes, les décors avec ces reconstitutions remarquables des rues et immeubles du New York des 70’s, cette magnifique photographie qui donne ce petit côté rétro. On pourrait presque sentir l’odeur de la fumée de cigarettes dans les bars, la laque dans les cheveux des souteneurs. On pense à Taxi Driver ou plus récemment celui de la série Vinyle avec ces hôtels miteux, ces peep-shows, ces rues violentes, ses maquereaux impitoyables et ses cinémas porno où drogues, alcool et prostituées se trouvent à tous les coins de rue.

the-deuce-3

James Franco, en tenancier de bar qui s’acoquine avec des affranchis tout en essayant de canaliser son frère jumeau dingo, fait ici un travail d’acteur impressionnant de vérité. On se retrouve immergé dans ce monde glauque comme si on y était tant la reconstitution est impressionnante de réalisme, tant la mise en scène et l’interprétation sont d’une précision remarquable. On s’attache aux personnages – les prostituées et les macs n’ont jamais parues aussi humains – et l’atmosphère électrique du quartier, situé entre la 42ème rue et Time Square. Les scènes de sexe ne sont pas abordées de manière grossière, mais montrent à quel point l’entreprise était sordide à l’époque avant que l’on puisse obtenir un vernis de respectabilité, comme en témoignent les sites et médias d’aujourd’hui. Comme toujours avec la chaine HBO, la production est de haut niveau illustré avec de la bonne musique d’époque.

Jean-Christophe Mary

Acteurs : James Franco, Maggie Gyllenhaal, Gbenga Akinnagbe, Chris Bauer, Gary Carr

Réalisateurs : James Franco, Michelle MacLaren, Ernest R. Dickerson, Alex Hall, Uta Briesewitz

Studio : HBO