Les séries font leur rentrée : Frequency et Lethal Weapon, les nouveautés de TF1

22 septembre 2016 Par admin | 0 commentaires

TF1 lançait mardi 20 octobre en avant-première deux nouvelles séries qui seront diffusées sur son service de vidéo à la demande, MYTF1VOD. Alors que l’offre US+24 permet de les découvrir 24h après leur diffusion aux États-Unis, les pilots des deux nouvelles séries dévoilées étaient plutôt engageants : Frequency et Lethal Weapon sont deux séries-réalisations, ce qui veut dire qu’elles sont tirées de films préexistants. Elle viennent s’ajouter aux 11 séries que propose déjà la chaîne.

Frequency de Jeremy Carver : le juste mélange de thriller, fantastique et drame
Raimy Sullivan (Peyton List) est inspecteur de police. Son père, Frank Sullivan (Riley Smith), également policier, est mort vingt ans plus tôt au cours d’une mission d’infiltration. Raimy ne veut rien avoir à faire avec lui : il l’a abandonnée et il est mort dans un règlement de comptes. Mais Raimy parvient à communiquer avec lui à travers le temps, grâce à une vieille radio. Elle découvre alors que des zones d’ombre subsistent autour de sa mort, mène l’enquête et essaie de changer le cours de l’histoire. Mais peut-on vraiment réécrire le passé ? Raimy devra faire face à de lourdes conséquences dans le présent.

Dans le genre du thriller fantastique, Frequency est un pari réussi : l’intrigue navigue en permanence entre deux temporalités parallèles, 1996 et 2016, sans jamais perdre le spectateur. Le pilot, et a fortiori la série à venir, semblent donc reposer sur une structure solide, qui ménage des effets de suspense maîtrisés.
Les allers-retours temporels permettent de modifier le futur en agissant sur le passé, mais également de transformer le passé à partir de l’avenir, ce qui est plus surprenant. C’est le principe du time loop, ou boucle temporelle, procédé déjà vu dans de nombreux films de science-fiction, qui propose une réflexion sur les possibles. La série met aussi en valeur l’impact de la moindre décision sur le futur – c’est l’effet papillon, et son déferlement de cause-conséquence. Les deux intrigues, intimement liées, permettent notamment une enquête policière transtemporelle menée de concert par Raimy et Franck.
La série traite également d’une relation père-fille manquée, tandis que la communication par-delà les années permet un rapprochement et une série de révélations. Raimy peut enfin résoudre les questions laissées sans réponses – sans la série ne devienne (trop) mélodramatique.
Entre réflexion temporelle esquissée, registre dramatique assumé, et rapports familiaux complexes, le pilot de Frequency propose une entrée en matière intense. L’effet d’attente est réussi : l’épisode s’achève sur un cas policier irrésolu, qui se prolongera sans doute sur plusieurs épisodes. Espérons que les épisodes suivants auront la même densité.
A découvrir à partir du 6 octobre sur MYTF1VOD (13 x 42 minutes).

Lethal Weapon de Matt Miller : drôle malgré les bons sentiments

Martin Riggs (Clayne Crawford), jeune policier texan qui a perdu sa femme et son bébé, déménage à Los Angeles et doit faire équipe avec un autre policier, Roger Murtaugh (Damon Wayans), qui reprend du service après une crise cardiaque. Si les co-équipiers ont d’abord un peu de mal à se supporter, du fait de leurs méthodes et de leurs personnalités différentes, ils ne tardent pas à se rendre compte qu’ils sont complémentaires. Dès lors, ils forment un duo d’enquêteurs déjantés.

Lethal Weapon est une série américaine comme on les aime, qui mélange à l’envi des scènes d’action rocambolesques, une amitié virile entre deux personnages antithétiques dont les différences font rire, des situations de comédie franchement drôles, et des scènes dégoulinantes de bons sentiments sur le deuil.
Les méthodes très différentes des deux policiers donnent lieu à des cascades et à des courses-poursuites qui sont des classiques du genre, et sont toutefois assez réussies. Riggs, en déshérence complète depuis la mort de sa femme, lutte avec ses pulsions suicidaires au cours d’attaques plus que musclées ; Murtaugh au contraire n’a rien d’un casse-cou, il a frôlé la mort, et ses méthodes sont plus prudentes et traditionnelles. De cet écart assez stéréotypé nait un certain comique de situation, qui, s’il est répété tout au long du pilot, n’en est pas moins efficace.
Mais les deux personnages vont également apprendre à devenir amis malgré leurs différences, ce qui donne lieu à quelques scènes assez lourdement dramatiques sur le deuil de Riggs.
Lethal Weapon est une série sympathique, un honnête moment de divertissement, dont le format, un cas par épisode, comme la plupart des séries policières, minimise l’importance du suspense, tout en faisant la part belle au duo, qui, lui, demeure, et au registre comique.

.

Jeanne Coppey.

visuels : affiches officielles


LAISSEZ UN COMMENTAIRE VIA FACEBOOK:

comments

Laissez un commentaire: