Night and day, de Hong Sangsoo

16 juillet 2008 Par Yaël | 0 commentaires

Avec « Night and day », le réalisateur coréen nous propose un voyage mi-poétique mi-prosaïque dans le monde des expatriés coréens à Paris. Sortie le 23 juillet.

Un peintre Coréen a des déboires avec la justice de son pays pour avoir commis un petit forfait (fumé de l’herbe). Apeuré, il prend le premier vol pour Paris où il a toujours rêvé d’aller. Séparé de sa femme par un décalage horaire qui les fait vivre l’un le jour quand l’autre fait l’expérience de la nuit, il atterrit dans une pension coréenne du 14 e arrondissement. Il rencontre une femme qu’il a connue autrefois, puis une jeune étudiante qui l’émeut telelment qu’il a envie d’oublier qu’il est marié dans son pays d’origine.
Le plus francophile des réalisateurs coréens puise dans son expérience d’expatrié pour nous proposer un guide monolingue du Paris coréen. A la fois terribelemtn proche et aussi étrangement inquiétant que peut l’être un oeil neuf sur un quotidien familier, « Night and day » séduit et surprend. On s’attache au héros (interprété par l’ingénu libertin Kim Young-ho) malgré sa veulerie, et peut-être grace à son errance, ses incertitude et son point de vue quasiment enfantin. Tout un nouveau monde paraît, emprunt à la fois de la poésie que Hong San Soo extrait de ses références marquées à Cézanne, Bresson et Rohmer, et d’un réalisme incisif sur les déboires d’un artistes sans le sou, affamé au sens propre et figuré. Comme d’habitude, Hong San Soo est parti d’une intuition pour improviser chaque matin les dialogues de son film, lui donnant cette touche de réalisme magique qui faisait déjà tout le prix de « Conte de printemps ». L’acteur principal du film joue aussi dans le trio d’un autre film de Hang Sangsoo, plus ancien, tout aussi captivant et qui sort le 20 août : « Women on the beach ». Cet été, ne ratez pas deux perles du Cinéma contemporain coréen.

« Night and day », de Honng San-Soo, avec Kim Young-ho, Park Eun-hyr, Hwang Su-jung, Corée, 2008, 2h25.


LAISSEZ UN COMMENTAIRE VIA FACEBOOK:

comments

Laissez un commentaire: