[Mostra 2016, compétition] Nocturnal Animals ou le drame de la faiblesse masculine

5 septembre 2016 Par Ariane Kiatibian | 0 commentaires

En cette Mostra 2016, Tom Ford est venu présenter son nouveau film très attendu, Nocturnal animals, accompagné de ses acteurs principaux, Jake Gyllenhaal et Amy Adams (déjà personnage principal du film Arrival de Denis Villeneuve, voir notre critique). Un film marquant.

Note de la rédaction :

Susan, galeriste d’art évoluant dans un milieu bling-bling caricatural, a un sentiment d’insatisfaction grandissant face à son quotidien superficiel et dérisoire. Elle reçoit alors le manuscrit final du nouveau roman à paraître de son ex-mari (Jack Gyllenhaal) qui lui est adressé en dédicace. Cette lecture la fait plonger au cœur d’un univers inquiétant dans un Texas désertique où se joue un drame cruel, en lien avec la ruine de son histoire d’amour.

Les scènes, assez violentes, de ce thriller psychologique, nous mènent dans un jeu de correspondances entre deux histoires : la fiction que lit Susan au cours de plusieurs nuits angoissantes et l’histoire de sa propre vie, où elle a fait avorter, de façon brutale et humiliante, sa première histoire d’amour. Le manuscrit pourrait s’intituler « Drame de la faiblesse masculine et désir de vengeance ». Le malaise de Susan est grandissant lors de cette lecture où il est question de lâcheté, de sentiment d’impuissance suite aux conséquences de mauvais choix, mais aussi du courage de se battre pour ce que l’on veut devenir sur fond de répétition de scénarii de vie…Le retour de l’ex-mari de Susan, c’est aussi celui d’une exhortation qu’elle avait oubliée : s’autoriser une position créatrice dans la société.

Plein d’émotions contradictoires et intenses, exacerbées par une fiction dans la fiction en tous points impitoyable, Nocturnal animals laissera peu d’entre nous indifférents.

Nocturnal Animals de Tom FORD avec Jake Gyllenhaal, Amy Adams, Michael Shannon, Aaron Taylor-Johnson, Isla Fisher, Laura Linney – USA – 116’


LAISSEZ UN COMMENTAIRE VIA FACEBOOK:

comments

Laissez un commentaire: