Les sorties cinéma de la semaine du 1ier février 2017

1 février 2017 Par
Quitterie Puel
| 0 commentaires

Toute la culture a sélectionné pour vous les 5 meilleurs films à l’affiche cette semaine.  En ce début de mois de février, le cinéma se fait beau, poétique et parfois déchirant. Biopic, documentaire musical ou sur les enfants, le grand cinéma vous ouvre ses portes. N’hésitez pas, allez-y ! 

Jackie: 

Cette semaine sort Jackie le deuxième biopic signé par le réalisateur chilien Pablo Larrain ( après Neruda). Déjà sacré à la Mostra de Venise et au Festival International de Toronto en 2016, « Jackie » a été nominé trois fois pour la cérémonie des Oscars 2017. Le film porte sur la semaine succédant à l’assassinat du président Kennedy, un angle peu abordé au cinéma jusqu’ici. Natalie Portman incarne la première dame avec élégance et pudeur. Le film est cohérent de bout en bout et tout simplement grandiose.

Et les mistral gagnants:

Et les mistrals gagnants est un documentaire tout en immersion que Toute la culture a envie de défendre cette semaine. Anne Dauphine Julliand, la réalisatrice, a filmé pendant plusieurs semaines des enfants aux maladies incurables. Ambre, Camille, Charles, Imad et Tugdual, ils ont tous entre six et neuf ans et vivent dans l’instant. Ils nous font partager leurs jeux, leurs joies, leurs rires, leurs rêves et leurs maladies.  Au premier abord, le sujet peut effrayer mais cette jeune réalisatrice, qui a connu la perte d’un enfant, a su trouver la juste distance pour nous conter l’histoire de ces gamins incroyables.

Gime Danger 

Un mois et demi seulement après la sortie du poétique Paterson, Jim Jarmush revient avec un film sur un groupe qu’il adore, the Stooges. Présenté à Cannes en sélection officielle hors compétition, le film avait suscité des réserves. On reproche à cet « essai » comme le cinéaste aime à définir cet objet, sa forme classique, surprenante de la part de Jarmush. Néanmoins, on en apprend beaucoup sur Iggy Pop ( interview et images d’archives),  on sort de là avec  » I Wanna be your dog » en tête. On aime bien donc, sans vraiment adorer.

 

Moonlight:

Moonlight de Barry Jenkins raconte la vie d’un jeune homme noir gay dans les quartiers défavorisés de Miami, une ville qui, dans les années 80, est en proie à la drogue. Le réalisateur se concentre sur trois moments décisifs de la vie de Chiron, le personnage principal donc. La mise en scène classique rend le film simple et efficace. Jamais larmoyant ou donneur de leçon, Moonlight est un film qui sonne juste. Si La La Land est définitivement le grand favoris des Oscar et des Golden Globes, Moonlight mérite sincèrement l’engouement qu’il a suscité!

Un jour dans la vie de Billy Lynn :

Cinq ans après « Life of Pi » Ang Lee revient sur nos écrans avec « Un jour dans la vie de Billy Lynn » : Billy Lynn est le survivant d’un affrontement aussi bref qu’intense en Irak. Après cet épisode traumatique, il retourne aux Etats-Unis en compagnie de sept autres membres de son unité. Perçus comme des héros, le gouvernement leur demande de promouvoir la guerre au cours d’un Victory Tour…Cette chronique moderne se penche sur le traitement médiatique américain vis-à-vis de leurs soldats. Toute l’imagerie déshumanisée du « Show à l’américaine » y passe , des artifices de la propagande à la culture du spectacle (on retrouve des ressemblances avec Gone Girl de Fincher).  Ang Lee livre un grand film, qui est aussi une réflexion intelligente sur notre inquiétante civilisation de l’image.

visuel : Jackie / Bac Films