Indiana Jones 5 : le film se prépare…sans Shia LaBeouf

5 septembre 2017 Par
Guillaume Laguinier
| 0 commentaires

D’après David Koepp, le scénario du prochain Indian Jones serait « presque terminé ». Le cinquième film de cette saga mythique, porté par Harrison Ford (qui d’autre?), devrait voir le jour en 2020. Si l’équipe reste secrète sur les contours de l’histoire, on peut toutefois s’attendre à ce que l’aventurier connaisse une de ces successions de péripéties dont il est familier. Le tournage est prévu pour l’année prochaine… et sans Shia LaBeouf.

hollywood_studios_-_indy_and_the_idol_-_by_hyku

Les fans d’Indiana Jones ont de quoi se réjouir. Le scénariste David Koepp l’a révélé, lors d’un entretien publié le 4 septembre sur Entertainment Weekly : le texte du 5eme volet des aventures du professeur d’archéologie le plus intrépide du grand écran est presque terminé.

Cette fois, Shia LaBeouf n’est pas de la partie. L’acteur interprétait Mutt Williams, le fils « caché » de l’aventurier dans Indiana Jones et le Royaume du crâne de cristal (2010). Cette absence n’est pas une surprise: l’acteur n’a en effet pas hésité, en 2016, à partager dans Variety son amertume quant à ses collaborations avec Steven Spielberg, aux manettes de la saga : « c’est moins un réalisateur qu’un putain de chef d’entreprise« . Par ailleurs, son personnage, un enfant rebelle amateur de motos, doit rester secondaire dans l’univers d’Indiana Jones.

Harrison Ford, quant à lui sera bien à l’affiche. À 75 ans, l’interprète d’Indy devrait, à nouveau, enfiler sa veste en cuir et son chapeau feutré avant de partir, fidèle à lui même, « En quête d’un précieux artefact que tout le monde recherche » a précisé David Koepp, qui reste logiquement mystérieux sur la trame du film.

Spielberg s’est montré rassurant quant à l’avenir de la franchise : « La seule chose que je peux vous dire, c’est que je ne tuerai pas Harrison Ford à la fin ». Le tournage du film, dont la sortie en salle est annoncée pour 2020, pourrait débuter dès l’année prochaine.

©Crédit Photo Josh Hallett