Festival Un état du monde: des larmes et des fantômes

23 novembre 2017 Par
Sarah Reiffers
| 0 commentaires

Le festival Un état du monde revient au Forum des images pour une neuvième édition. Mettant en parallèle cinéma et questions de géopolitique, le festival propose une sélection d’œuvres qui osent révéler, questionner et critiquer les dessous de leur pays, ses injustices, blessures, espoirs et échecs. Avec cette année des rétrospectives sur le cinéma et la mémoire libanaise, sur l’œuvre des réalisateurs Pablo Larraín et Mohammad Rasoulof, ou encore sur le cinéma afro-américain. Que nous dit le cinéma sur l’état du monde ? Qu’il a comme un goût salé de larmes et que présent et passé, traumatismes et souvenirs, sont forcés d’exister ensemble. Que le monde est peuplé de fantômes, en somme, marques indélébiles de la guerre et de la répression ne demandant pas tant à hanter les nouvelles générations qu’à continuer à exister, et à ne pas se faire oublier.