Dvd : Les fragments d’Antonin, de Gabriel Le Bomin

12 août 2008 Par Yaël | 0 commentaires

Film sur un traumatisé de la grande guerre, les « Fragments d’Antonin » retrouve sans hyperréalisme les couleurs d’une époque : la grisaille de la terre, le deuil de l’après, et les premier pas titubants de la médecine des âmes mutilées. Sortie le 4 septembre.

Après avoir combattu avec courage, et avoir été blessé lors d’une sortie de tranchée, Antonin s’est retrouvé chargé de passer les messages militaires via les pigeons. En 1919, le soldat traumatisé ne sait plus que répéter inlassablement 5 prénoms. Il atterrit dans le service du professeur Labusse qui tente de le soigner ne lui faisant revivre par la mémoire son expérience de la guerre.

Avec le très beau Grégory Derangère, « Les fragments d’Antonin » n’est pas seulement un autre film sur la guerre. Nourri d’images d’archives et surtout de films tournés après la guerre sur les hommes aliénés par l’expérience des tranchées, le réalisateur, Gabriel Le Bomin, a surtout voulu interroger les aléas de la mémoire et la manière dont las cience apprenait peu à peu à accompagner les traumatisés du « feu ». Bien loin des couleurs hyper-réalistes et du scénario complexe du Long dimanche de Fiançailles de Jeunet et Japrisot, « Les fragments d’Antonin » se déroulent dans des nuances de gris qui symbolisent autant qu’elles montrent. Et les « expériences » médicales menées pour sauver le soldat rappellent les photos des hystériques prises à la salpêtrière par Charcot. Visuellement et historiquement, ces fragments là viennent éclairer sans grandiloquence la grande Histoire par un coeur simple, fêlé dans la mêlée.

Ne manquez pas les bonus, qui expliquent la genèse du film, ses archives, et qui font le point sur la psychiatrie en 1919.


Les fragments d’antonin (bande annonce)
envoyé par nikolagl



« Les fragments d’Antonin », de Gabriel Le Bomin, avec Grégori Derangère, Anouk Grinberg, Aurélien Recoing, 2007, 1h30, MK2 vidéo, 20 euros.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE VIA FACEBOOK:

comments

Laissez un commentaire: