Cinéma : « Intrusions » ou les héritiers

3 septembre 2008 Par marie | 0 commentaires

Dans la famille bourgeoise, je demande André le père étouffant, Pauline la fille névrosée, Muriel la gouvernante attentionnée, François le gendre paumé et Alexis l’inquiétant ouvrier… Le 3e film d’Emmanuel Bourdieu sort aujourd’hui sur grand écran. Décevant.

De sa balustrade, André de Saché (Jacques Weber) contemple ses employés rassemblés autour d’un pot de départ. Vu de haut, tailleurs et costumes cravatés ne sont que des pions. Ce n’est pas qu’une illusion, André les domine et en sourit d’aise… Mais justement à cet instant, le noir strict des travailleurs tranche avec un rouge vif, sanglant : la robe de sa fille. Nullement attendue, Pauline (Natacha Régnier) s’empare d’une coupe de champagne et file vers le comptable qu’elle trouve plutôt mignon (Eric Elmosnino). Pauline est la faille dans le système de son père, l’espace sur lequel son pouvoir se heurte, elle le sait, ou du moins l’espère. C’est sans compter sur les ambitions et la force du patriarche… Surtout lorsque ses propres agissements sont contraires aux bonnes mœurs : Pauline est enceinte de François, un simple comptable. Scandale. Seul un mariage et la nomination du tout jeune gendre au poste de directeur permettront au père et à la fille de « tenir leur rang ». Au départ manipulé et effrayé, François ne se satisfait pas de cette élévation soudaine. Dans sa petite vie tranquille, il a laissé sa jolie maîtresse…. Abandonnera-t-il pour autant la future maman ? Que celle-ci ne s’inquiète pas, Alexis Target (Denis Podalydès), qui traîne dans la maison en réhabilitation (autre cadeau du père), semble être un ouvrier attentionné…

 « Intrusions » du père dans la vie de sa fille, de Pauline dans celle de François, d’Alexis Target dans la bourgeoise demeure. Les personnages d’Emmanuel Bourdieu se heurtent sans espoir de liberté, chacun envahit l’autre et pourtant chacun a ses raisons. Point de bons ni de méchants, seulement des enchaînements d’évènements qui font des comportements. Dans cette atmosphère chabrolienne, les bourgeois -se rappelant Marivaux- tenteront bien d’échanger tailleurs contre tabliers, mais chez Bourdieu fils, haine ne rime pas avec hasard… Quarante ans plus tôt, Bourdieu père écrivait Les Héritiers La machine infernale est déjà lancée, quoiqu’il en soit les êtres ne pourront sortir d’eux mêmes ; le thriller est une tragédie, l’impassible visage de Natacha Régnier (Pauline) nous le signifie… D’ailleurs, on sort de la salle avec le même visage qu’elle, impassible : l’idée était bonne, le scenario alambiqué…

 Intrusions, d’Emmanuel Bourdieu, avec Natacha Régnier, Jacques Weber, Denis Podalydès, Amira Casar, sortie le 3 septembre, distribué par rézofilms, durée 1h37.

 


LAISSEZ UN COMMENTAIRE VIA FACEBOOK:

comments

Laissez un commentaire: