[Cannes 2016, Quinzaine] « Les vies de Thérèse », documentaire sans filtre sur l’une des figures du féminisme

16 mai 2016 Par Hugo Saadi | 0 commentaires

Après avoir documenté la vie de Thérèse Clerc dans Les Invisibles, Sébastien Lifshitz retrouve l’une des figures du féminisme militant des années 1960 pour en filmer les dernières heures. Accompagné par les enfants de Thérèse, Lifshitz signe Les vies de Thérèse, un court documentaire (52 minutes) touchant, mais un peu répétitif.

Note de la rédaction :

« Faire ce film car il y a un déni de la vieillesse et de la mort », c’est sur cette idée que s’ouvre le film. Cela serait bien évidemment mentir que de dire que ce sont des sujets excitants, néanmoins ils demeurent intéressants quand l’angle choisi est le bon. Avec « Les vies de Thérèse », Lifshitz retrace le parcours de cette femme au fort tempérament qui, après plus de vingt ans de mariage et une éducation catholique, décide de quitter son mari un soir de Noël 1968. Elle se lance dans les mouvements féministes et lesbiens, participe à des manifestations et en devient rapidement une figure de proue. La répression sexuelle est forte à cette époque, mais Thérèse ne recule devant rien allant même jusqu’à assumer son homosexualité.

Son histoire, le spectateur la découvre à travers les témoignages touchants de Thérèse mais aussi par les récits de vie et les souvenirs évoqués par les 4 enfants. Le film adopte donc une liberté de ton et de parole, ne cherchant pas à ironiser la femme, mais restituant en l’état son parcours. Un film testament sans filtre qui possède un caractère historique intéressant grâce à l’apport d’images d’archives pour enrichir les propos.  On regrettera tout de même des répétitions lorsqu’on écoute chaque témoignage, mais la dimension humaine et la proximité avec la vieille femme nous touche. Lifshitz filme la mort avec respect, sans se censurer et il montre la dégradation du corps et la disparition d’un être. 

 Visuels © DR

« Les vies de Thérèse », un film de Sébastien Lifshitz, avec Thérèse Clerc, documentaire français, 52 minutes, prochainement au cinéma.


LAISSEZ UN COMMENTAIRE VIA FACEBOOK:

comments

Laissez un commentaire: