Cannes 2016 : Qui aura la Palme ? Nos Pronostics

22 mai 2016 Par Yaël | 0 commentaires

Alors que nous sommes à deux pas du palmarès qui sera rendu ce dimanche 22 mai 2016 quels sont nos pronostics pour cette édition 2016 du Festival de Cannes ?

Cette année, la compétition s’est une fois encore placée sous le patronage de vieux habitués. Et si les membres du clubs n’ont souvent pas déçu leurs fans en restant dans ce qu’ils savent faire (Almodovar du mélo tendre, Mungiu du réalisme subtil, les frères Dardenne une fable sociale dont la vérité est le but, Nichols un fresque épurée, Dumont de l’hystérie paysagère en costumes et Dolan de l’émotion vive), il n’y a pas eu de grande révélation cette année au Palais du Festival.

Il y a bien sur eu la musique de Aquarius de Kleber Mendonça Filho et l’humour décalé de Maren Ade dans un Toni Erdmann qui ont surpris et plu. Mais cinématographiquement, pas de claque à la hauteur par exemple d’un Fils de Saul l’an dernier ou de mise en scène aussi dramatique que Dheepan. Qui donc peut l’emporter quand chacun persiste et signe dans la voie originale qu’il s’est tracée? C’est une question d’effort, de travail sur soi et de séduction du jury et beaucoup de films peuvent compter parmi les favoris de la palme. Voici nos pronostics, qui sont un peu nos vœux pieux. Et nos articles sur les films pour que vous vous fassiez une idée.

Parmi les favoris, nos favoris et les noms qui se susurrent, voici ce qu’il faut retenir:
La Palme d’or sera peut-être celle de l’émotion si le jury la remet à Xavier Dolan pour son adaptation bouleversante et sobre de Juste la fin du monde de Jean-Luc Lagarce. Si le côté politique a encore une importance à Cannes, le sujet grave et la maîtrise de Christian Mungiu pourraient bien finir par avoir le dernier mot dans Baccalauréat. A moins que le climat bien retranscrit de Aquarius l’emporte….

Côté Prix de la Mise en scène, il y a eu la pure mise en scène de Nicolas Winding Refn dans  The Neon Demon, la jolie coquille de Loving de Jeff Nichols et la cruelle perfection de Park Chan Wook dans Mademoiselle. Ou encore la caresse de la caméra de Olivier Assayas sur le visage d’une Kristen Stewart medium dans Personal Shopper. Le vent du nord et les paysages de Bruno Dumont valent aussi le détour par son univers décalé avec Ma Loute. Paul Verhoeven a aussi bien marqué les esprits avec son adaptation chic de Djian et la sublime Isabelle Huppert dans Elle.  Bref, dans cette section la compétition est rude.

Pour le Prix du jury, nous verrions bien l’une des deux très jolies surprises du palmarès : Toni Erdmann de Maren Ade ou bien Aquarius de Kleber Mendonça Filho. Mais peut-être que Alain Guiradie aura assez impressionné le jury avec l’original Rester Vertical.

Plusieurs rôles de femmes étaient  forts, dans cette compétition 2016. Le  rôle absolu, c’est Huppert dans Elle, mais peut-on encore couronner Huppert?. Marion Cotillard était sublime (ex-aequo avec Nathalie Baye) dans Juste la fin du monde. Kristen Stewart sublimée dans Personal shopper et l’on apprécie le personnage de business woman décalé de Sandra Hüller dans Toni Erdmann. Pour la performance et le raccord, il se pourrait aussi que les deux actrices de Julieta de Pedro Almodovar soient palmées…

Enfin, pour le Prix d’interprétation masculine, encore Peter Simonischek pour Toni Erdmann ou Adrian Titieni pour Baccalauréat de Cristian Mungiu sont de bons prétendants à la palme…

Résultats ce dimanche 22 mai avec la cérémonie de Clôture.


LAISSEZ UN COMMENTAIRE VIA FACEBOOK:

comments

Laissez un commentaire: