[Cannes 2016, Compétition] Personal Shopper, d’Olivier Assayas

17 mai 2016 Par Yaël | 0 commentaires

Après Sils-Maria en compétition l’an dernier, Olivier Assayas retrouve Kirsten Stewart, pour un film proche du psychédélisme de Brian de Palma, où la jolie brune se taille la part du lion et des succubes. Un kitsch réjouissant où l’on palmerait bien l’interprète. 

Note de la rédaction :

Maureen vient de perdre son frère jumeau d’une malformation du cœur qu’elle partage. Tous deux avaient un talent de medium et s’étaient promis que le premier à partir ferait signe d’entre les morts. En attendant ce signe comme signal de reprendre sa vie, Maureen vit à Paris où elle s’occupe de la garde-robe d’une jetsetteuse. Entre les bruits nocturnes dans la maison de son frère et d’étranges messages d’un inconnu sur son portable, les signes se multiplient. Mais comment savoir qu’ils viennent de la bonne personne?

Intelligemment focalisé sur la divine Kirsten Stewart pratiquemment seule à l’écran tout le film, Personal Shopper renoue avec le surnaturel technologique et un peu kitsch d’un ancien film de Assayas : Demonlover. Malgré un personnage de Lars Eindingen trop évanescent et quelques longues loghorées psy sur la quête de soi, ce film décalé, aux plans qui rappellent Brian de Palma, distille une véritable atmosphère à laquelle on s’attache. Le parquet crisse et l’on sursaute avec la shoppeuse, admirant les boîtes de bijoux Cartier qui se déplacent et nous disant qu’on est super heureux de voir un film d’horreur mighty plutôt qu’un film vraiment grave sur le deuil. Une très soutenable légèreté où l’on tient aisément 1h40 d’essayages et d’apparitions joliment dépareillées.

Personal Shopper, d’Olivier Assayas, Kristen STEWART, Lars EIDINGER, Sigrid BOUAZIZ, Anders DANIELSEN LIE, Ty OLWIN, Hammou GRAIA, Nora Van WALDSTATTEN, Benjamin BIOLAY, France, 2016, 1h45, en compétition. Distribution : Les films du Losange

visuel : photo officielle


LAISSEZ UN COMMENTAIRE VIA FACEBOOK:

comments

Laissez un commentaire: