Bouli Lanners triomphe aux Magritte 2017

6 février 2017 Par
Camille Thermes
| 0 commentaires

De retour avec son 4e long-métrage en tant que réalisateur, Bouli Lanners a récidivé ce qu’il avait réussi en 2013 avec Les géants en raflant 5 prix pour son film Les Premiers, les Derniers.

Samedi 4 février a eu lieu la 7ème cérémonie des Magritte du cinéma à Bruxelles. Comme chaque année, 22 récompenses ont été attribuées à des personnalités du cinéma belge francophone. Et cette fois, Bouli Lanners est le grand gagnant, avec notamment les prix du meilleur film et du meilleur réalisateur. C’est également pour Les Premiers, les Derniers que David Murgia obtenu le bouliMagritte du meilleur acteur dans un second rôle, et  qu’ont été attribués ceux des meilleurs décors et meilleurs costumes. L’équivalent Belge francophone des Cesar français et des Oscars américains a en revanche préféré Jean-Jacques Rausin à Bouli Lanners pour le Magritte du meilleur acteur, dans Je me tue à le dire. L’acteur incarne notamment le personnage principal de la série Ennemi Public qui est justement diffusée en France à partir du 6 février sur TF1. Du côté de la meilleure actrice, c’est un inédit ex-aeco qui a récompensé à la fois Virginie Efira pour son rôle dans Victoria et Astrid Whettnalldans dans La route d’Istanbul. Gagnant du prix pour le meilleur scénario avec Je me tue à le dire, Xavier Séron a aussi remporté celui du meilleur court-métrage, avec Le Plombier qu’il a co-réalisé avec Méryl Fortunat-Rossi.

L’institution belge a fait par ailleurs des choix remarqués en omettant par exemple totalement le dernier film des frères Dardenne (La fille inconnue n’a été nominé dans aucune catégorie), et en distinguant dans la catégorie étranger La tortue rouge, le film d’animation franco-belgo-japonais. Décerné à André Dussollier, le Magritte d’Honneur a également été remarqué car il récompense le comédien d’un film déjà critiqué avant sa sortie en salle le 22 février. Chez nous, de Lucas Belvaux, s’est en effet déjà fait des ennemis notamment du côté du FN en France car il évoque, en pleine période électorale, les moyens employés par le parti d’extrême-droite pour tenter de se banaliser.

Visuel : Bouli Lanners, facebook

 


LAISSEZ UN COMMENTAIRE VIA FACEBOOK:

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *