Solitaire, fougueuse, avant-gardiste, un documentaire passionné de Chavela Vargas

17 novembre 2017 Par
Yaël Hirsch
| 0 commentaires

On vit encore avec la regrettée Chavelas Vargas (lire notre article), le « Piensa mi » qu’elle a livré en égérie à Almodovar et la nostalgie de sa voix gutturale. Le documentaire de deux aficionadas : Catherine Gund et Daresha Kyi. Sortie ce 15 novembre 2017 sur nos écrans.

A l’origine sur la chanteuses mythique de rancheras, il y a les images tournés en 1991 par Catherine Gund. Le film qui sort enfin aujourd’hui sur nos écran encadre ces images d’époques d’autres témoignages et de moments de scène mythique. En plus de réentendre les grandes chansons de la femme fatale mexicaine, Macorina, El Andariego ou Luz de Luna, l’on entre de plain pied dans le mythe Chavela Vargas.

Présentée comme solitaire, écorchée et très en avance dans la manière de vivre librement son homosexualité, vêtue comme un homme, a-t-elle séduit Frida Kahlo? A-t-elle enelevé Ava Gardner au mariage d’Elisabeth Taylor ? Le mystère demeure, heureusement, et l’on est heureux de passer deux heures à nouveau avec l’une des plus belles voix du 20e siècle.

Chavela Vargas, par Catherine Gund et Daresha Kyi, Etats-Unis / Mexique / Espagne, 93 min, Bodega, Sortie le 15 novembre 2017.

Chavela Vargas (Film – Annonce) from Bodega Films on Vimeo.

visuel : affiche