Le secret des Kennedy : Focus sur un épisode de la vie de Ted

31 août 2018 Par
Yaël Hirsch
| 0 commentaires

Projeté en ouverture du 44e Festival du Film Américain de Deauville, Le Secret des Kennedy de John Curran éclaire un épisode de la vie du dernier des frères Kennedy, Ted, sénateur du Massachusetts et en lice pur être Président. Bien ficelé et porté par le charismatique Jason Clarke.

Pour lire notre live-report de la cérémonie d’ouverture du 44e Festival du Film Américain de Deauville, c’est ici.

18 juillet 1969. Alors qu’il prépare les Présidentielles de 1972, Ted Kennedy est seul rescapé d’une fratrie qui l’avait laissé dans l’ombre de Joseph, John, Bob. Il n’a pas vraiment envie de devenir Président mais veut enfin connaître l’admiration de son père, alors il s’y prépare. Il réunit l’ancienne équipe de son frère Bob dans une maison de l’île de Chappaquiddick au large de Martha’s Vineyard. Mais à une fête, il boit avec l’une des jeunes femmes qu’il veut convaincre de travailler avec lui pour cette campagne, il conduit avec elle vers la mer et plante la voiture dans l’eau. La jeune-femme reste coincée dans la voiture tandis-que lui s’en sort et ne parvient pas à l’aider. Il appelle en vain son cousin et un ami au secours et met plus de neuf heures à se dénoncer. Evidemment l’affaire passionne les medias. Va-t-il aller en prison ? Est-il encore possible pour lui de devenir Président ? Son père tyrannique et cacochyme engage une équipe de choc pour le défendre…

Très concentré sur un épisode précis, fonctionnant sur 7 jours pleins et recréant à la fois les enthousiasmes (marcher sur la lune) et les coulisses plus glauques de la société américaine des années 1960, Le secret des Kennedy est un bon film en costumes. Le rôle assez difficile de Ted (qui est très antipathique) donne à Jason Clarke l’occasion de briller. Et la tension entre meurtrier / meurtri et assassin / victime fonctionne plutôt bien, une fois passée au tamis de la communication politique et de son manque d’états d’âme. Mais l’on se perd parfois un peu dans ce personnage que l’on a franchement envie de condamner sans appel pour sa lâcheté. A voir prochainement sur nos écrans.

Le Secret des Kennedy , (Chappaquiddick), de John Curran, avec Jason Clarke, Kate Mara, Ed Helms, 2017, 101 min.

visuels : cérémonie d’ouverture / deauville (c) YH