« Realive » : Un film d’anticipation passionnant de Mateo Gil, le scénariste d’Amenábar

4 juin 2018 Par
Gregory Marouze
| 0 commentaires

Toute La Culture a été séduit par Realive le nouveau film de Mateo Gil, scénariste attitré de Alejandro Amenabar. Emmené par des comédiens solides, Realive prouve qu’on peut encore faire un film d’anticipation ambitieux et qui pose des questions intelligentes. Toute La Culture a aimé Realive et vous dit pourquoi…

realive-1

Mateo Gil : scénariste de Ouvre les Yeux et Mar Adentro

Mateo Gil a signé les scripts d’excellents films réalisés par Alejandro Amenabar. On lui doit les scénarii de Tesis (1996), Ouvre les yeux (1997) Mar Adentro (2004) – Oscar du meilleur film étranger – et du trop sous-estimé Agora (2009).

Il est également réalisateur de Jeux de Rôles (2000) et de l’excellent western Blackthorn (2011) avec Sam Shepard et Eduardo Noriega. Bref, Mateo Gil n’est pas un manchot.

Realive : un film d’anticipation ambitieux

Realive (en v.o. Proyecto Lazaro) son avant-dernier long-métrage qui sort aujourd’hui en France – il en a réalisé un autre depuis, toujours inédit, Las leyes de la termodinámica – fait montre d’une ambition qui fait plaisir à voir. On y découvre un trentenaire condamné à cause d’un cancer de la gorge, qui décide de se faire cryogéniser afin d’être réveiller dans le futur quand la médecine aura suffisamment progressé pour le sauver.

Realive ne joue pas la carte du spectaculaire. Le film au budget « modeste » de 7 millions d’euros, n’a pas les moyens pharaoniques des productions US. Mais Realive s’en sort bien, et sans la surenchère des blockbusters.

Pour nous faire croire au futur qu’il dépeint, Mateo Gil a recours à quelques effets spéciaux, décors cliniques de laboratoires, costumes, … Cela fonctionne du feu de Dieu !

realive-2

A la croisée des genres, Realive pose des questions passionnantes

A mi-chemin entre le film de science-fiction et le mélodrame, Realive pose des questions passionnantes, nécessaires, sur le futur de la médecine, la déontologie scientifique, l’utilisation des cellules souches, le droit de disposer de sa propre mort. Mais aussi sur l’amour et la sexualité.

Se basant sur un script solide, Mateo Gil fait exister ses personnages. On est ému par Marc : homme malheureux, victime d’une société matérialiste (la nôtre !), incapable de voir le bonheur quand il se présente à ses yeux.

En plongeant Marc dans un futur proche, Mateo Gil offre évidemment un miroir grossissant de notre époque, de sa futilité, de nos peurs.

L’anticipation permet au cinéaste de nous interroger sur notre condition d’occidentaux.

Volontairement lent, Realive marque d’abord par sa mise en images (superbe photo de Pau Esteve) même si l’on sent que le film est avant tout l’œuvre d’un scénariste.

Charlotte le Bon au casting

realive-3

On se laisse embarquer, émouvoir par une histoire qui est aussi une love story. On est séduit par le charme, le talent des interprètes – Tom Hugues est excellent dans le rôle de Marc, Oona Chaplin bouleverse, Charlotte le Bon semble d’abord effacée mais impose une belle présence -.

Puis, petit à petit, le film fait naître un suspens, une angoisse. D’un long-métrage plaisant et quelque peu aseptisé, Realive devient alors une œuvre anxiogène refusant de caresser le spectateur dans le sens du poil. On soupçonne le réalisateur de l’avoir fait exprès. Le final fait froid dans le dos.

Si Realive souffre forcément de la comparaison avec Bienvenue à Gattaca – chef-d’œuvre de Andrew Niccol – on ne peut que saluer cette vraie proposition de cinéma de genre, intelligente et adulte.

Grégory Marouzé

Realive (Proyecto Lazaro) un film de Mateo Gil

Scénario Mateo Gil

Avec Tom Hugues, Oona Chaplin, Charlotte le Bon, Barry Ward, …

Musique Lucas Vidal

Année 2015

Nationalité France/Espagne

Langue Anglais

Durée 103 min

Sortie le 6 juin 2018

Visuels © Condor Distribution