« JSA » (Joint Security Area) : Un thriller politique inédit et visionnaire de Park Chan-wook

24 juin 2018 Par
Gregory Marouze
| 0 commentaires

Toute la Culture vous propose de découvrir JSA (Joint Security Area) de Park Chan-wook. Quand un film du cinéaste de Old Boy et Mademoiselle sort en salles, c’est déjà un événement. JSA l’est peut-être davantage dans le sens où il est totalement inédit en nos contrées. Cinéaste de Corée du Sud, Park Chan-wook livre un thriller politique et militaire d’une grande efficacité, qui s’interroge sur les relations entre les deux Corée.

jsa-6

JSA, une œuvre de jeunesse 

JSA (Joint Security Area) est une œuvre de jeunesse que Park Chan-wook tourne en 2000. Bien que le film ait reçu trois prix au Festival Deauville Asie en 2001 – remis par le cinéaste Alain Corneau -, il est bizarrement resté inédit en nos contrées.

Quand il signe JSA, Park Chan-wook n’est âgé que de trente-sept ans. Auparavant, il a réalisé deux premiers longs-métrages : The Moon is… the Sun’s Dream (1992) et Trio (1997).

JSA n’est pas au départ un projet personnel de Park Chan-wook. C’est un film de commande proposé par Myung Films. Il s’agit de l’adaptation du roman de Park Sang-yeon.

On ne sait pas trop pourquoi, les films de commande ont souvent mauvaise presse. Pourtant, si l’on regarde attentivement l’Histoire du cinéma, on se rend compte qu’ils ont donné naissance à de sacrés films : Les Parrain I, II et III de Francis Ford Coppola, La 25ème Heure de Spike Lee, pour citer quelques exemples marquants.

Affirmer que JSA se hisse à la hauteur de ces chefs-d’œuvre serait inapproprié et, tout compte fait, ne rendrait pas justice au film de Park Chan-wook.

jsa-3

La force de JSA, passe d’abord par la maîtrise de l’espace dont fait preuve le cinéaste. Logique lorsque l’on s’attaque à un sujet traitant d’une fusillade qui s’est déroulée dans la zone commune séparant les Corée du Nord et du Sud.

Un film ouvertement politique, prônant la réconciliation

L’autre atout du JSA est que, sous ses allures de film à la mise en scène très calibrée, Park Chan-wook livre une œuvre ouvertement politique. Mais comme beaucoup de grands cinéastes de genre américains, il le fait sans avoir l’air d’y toucher. Park Chan-wook délivre un discours profondément engagé, humaniste, prônant la réconciliation.

jsa-1

JSA a une facture toute américaine. Il évoque certains films de Sidney Lumet, des réalisations de Pakula, et même les bons Oliver Stone ou Costa-Gavras. C’est un thriller militaire et politique classique, mais redoutablement efficace.

Pour autant, si on a encore un peu de mal à distinguer le futur auteur de Old Boy dans JSA, Park Chan-wook, réussit tout de même à immiscer quelques idées personnelles. Alors qu’un homme devait au départ enquêter sur le meurtre de deux militaires de Corée du Nord (comme dans le roman), wook le transforme en enquêtrice suisse – Lee Young-ae, très bien dans le rôle du Major Sophie Jean, et qu’on retrouvera dans Lady Vengeance du même Park Chan-wook -. Le cinéaste ne voulait tout simplement pas que le film soit uniquement masculin. Il échappe ainsi à de nombreux stéréotypes.

jsa-4

Par ailleurs, Chan-wook fait montre d’insolence (assez relative). Les rapports entre militaires de Corée du Nord comme du Sud, apparaissent parfois ambigües. Y compris d’un point de vue sexuel. Chan-wook « contamine » également son film de petites touches d’humour absurde.

Une œuvre visionnaire et passionnante 

Voir JSA aujourd’hui (alors qu’il date de 2000, rappelons-le) est une sacrée aubaine. On se rend compte ainsi à quel point le film était visionnaire sur certains points. Il devance l’Histoire, puisque des incidents dans la zone de sécurité séparant la Corée du Nord de celle du Sud, se sont déroulés le 13 novembre 2017.

jsa-5

S’il faut également se déplacer en salles pour voir JSA, c’est parce que le film offre aux occidentaux une bonne piqure de rappel sur les faits historiques qui ont mené à la séparation des deux Corée. L’une communiste. L’autre capitaliste.

JSA est un film passionnant, qui porte en lui la germination d’un grand cinéaste.

Grégory Marouzé

JSA Joint Security Area (2000) de Park Chan-wook

Avec Song Kang-ho, Kim Myoeng-su, Lee Yeong-ae , Kim Tae-woo, Shin Ha-kyun

Corée du Sud – 2000 – Durée : 1 h 50 – Format 2.35 – 5.1 – Version Restaurée en 4K.

Durée : 1H50

Sortie le 27 juin 2018

Synopsis : A la suite d’une fusillade dans la Zone Commune de Sécurité (Joint Security Area) séparant les deux Corée, deux soldats de l’armée nord-coréenne sont retrouvés morts. Cette affaire donne lieu à un incident diplomatique majeur entre les deux pays. Afin que la situation ne dégénère pas, une jeune enquêtrice suisse est chargée de mener les auditions des soldats qui étaient en poste… Elle se rend très vite compte que les divers témoignages rendent l’enquête complètement indémêlable… Que s’est-il vraiment passé, ce soir-là, entre les soldats des deux Corée, dans la Zone Commune de Sécurité ?

Visuels : © Les Bookmakers