[Critique] « Granny’s Dancing on the table », grand froid animé de Hannah Sköld

20 avril 2016 Par Yaël | 0 commentaires

La réalisatrice suédoise Hannah Sköld propose avec Granny’s Dancing on the table une fable étrangement inquiétante d’enfance enfermée. Un mélange de film et d’animation qui ouvre la voie du conte et de l’inconscient. Sortie chez Tamasa le 20 avril 2016.

Note de la rédaction :

Vivant seule avec son père dans une maison reculée, la jeune et jolie Eini étouffe de non dits et d’abus légers fréquents et insoutenables. En proie au mutisme et à la peur, elle regarde au loin les arbres de la forêts qui l’isole du monde et la tient à la merci de son père. Pour s’évader et se donner du courage elle se raconte à elle-même l’histoire de sa grand-mère : une femme brune, au caractère trempé et qui a eu le courage de partir.

Créant une atmosphère unique à grand en alternant grands silences et voix off monocorde, film placide et animation expressionniste, Hannah Sköld livre un film très original. Pionnière avec la diffusion en ligne de son premier long métrage, Nasty Old people (2009), la réalisatrice défriche de nouveaux territoires quand elle propose de rentre l’intimité glaciale, la beauté muette et qu’elle donne à la peur la forme bonhomme des dessins animés de notre enfance. Un film à découvrir.

Hannah Sköld, Granny’s Dancing on the table, avec Blanca Engström et Lennart Jähkel, Suède, 2015, 1h26. Sortie le 20 avril 2016 chez Tamasa.

visuels : photo officielle du film.


LAISSEZ UN COMMENTAIRE VIA FACEBOOK:

comments

Laissez un commentaire: