Festival du Film Russe LIOUBOV, Quand les Russes aiment.

9 mars 2016 Par David Rofé-Sarfati | 0 commentaires

« La Russie est devenue la patrie des arts vivants, et contrairement aux aristocraties européennes, les princes pouvaient épouser des danseuses, hissées au rang de demi-déesses » Macha Méril, marraine du Festival

Le 14 Mars débute la 2ème édition d’un festival contributif: le Festival du Film Russe LIOUBOV, Quand les Russes aiment. Depuis sa fondation, en 989, depuis les premiers tsars épris de Byzance et de ses fastes, la Russie aime les arts et vénère les artistes. Au théâtre, dès la fin du XIXe siècle, Constantin Stanislavski monte les premières pièces d’Anton Tchekhov dans un souci de « vérité intérieure et de naturalisme émotionnel ». Ce type de direction d’acteurs dépassera largement la Russie et le système Stanislavski sera à l’origine de l’Actors Studio. Le théâtre russe connaît une période particulièrement faste au début du XXe siècle. Le théâtre classique russe comporte des œuvres célèbres comme Boris Godounov d’Alexandre Pouchkine ou encore Le Revizor de Nicolas Gogol. Les styles dramatiques typiquement russes arrivent un peu avant la révolution. Parallèlement, l’arrivée du cinématographe s’adosse à ces talents pour construire sa propre histoire. Le cinéma russe comme son théâtre (cf par exemple « Antigone » de Lucie Berelowitsch) nous fascine car il est fantaisiste, novateur, souvent surréaliste, paradoxalement libre et subversif. La sélection transversale du festival sur le thème de l’amour permet à la programmation d’embrasser tout le 20ème siècle et de rendre compte de ce que le cinéma fut et hors la crise de 1990 tente de rester : un des plus importants cinémas européens. A l’intérieur du festival une rétrospective Boris Barnet avec 9 films dont 2 muets en ciné-concerts propose les célèbres La Jeune Fille au carton à chapeau et Le Lutteur et le clown. On vérifiera avec ces films pourquoi Tarkovski, Iosseliani, Bertolucci, Rivette ou le depuis égaré Godard ont admiré le cinéaste russe si follement original.Beaucoup d’inédits de 2015 aussi au programme.

Autour de cette sélection le festival propose des événements sous forme de rencontre autour d’un film avec entre autres Michel Legrand, Macha Meril, Andreï Kontchalovski, Alexandre Adabachian, Igor Minaev, Isabelle Huppert, Vadim Sher, Karen Chakhnazarov, Pierre Richard et les soirées hommages à Andreï Kontchalovski et Alexandre Adabachian,…

En partenariat avec le festival de Moscou ARTKINO, seront présentés 7 courts métrages inédits.
Enfin, Igor Minaev sera présent pour deux de ses films, Loin de Sunset Boulevard, et L’Inondation.

Site du Festival : www.quandlesrussesaiment.com


LAISSEZ UN COMMENTAIRE VIA FACEBOOK:

comments

Laissez un commentaire: