[Critique] « Ouvert la nuit » Edouard Baer dans son carrosse d’or parisien

5 janvier 2017 Par
Olivia Leboyer
| 0 commentaires

Ouvert la nuit, un film écrit et réalisé par Edouard Baer. Avec Edouard Baer (Luigi), Audrey Tautou (Nawel), Sabrina Ouazani (Faîza), Jean-Michel Lahmi (Théo Sarapos), Lionel Abelanski (Lolo), Atmen Kelif (Kamel), Grégory Gadebois (Marcel), Christop

Très évocateur, le titre du nouveau film d’Edouard Baer (clin d’œil au roman Fermé la nuit de Paul Morand ?), nous invite à une balade nocturne dans Paris, entre Antoine Blondin et Patrick Modiano. A l’image d’Edouard Baer, le film est nonchalant, je m’en foutiste, et terriblement séduisant. Sortie le 11 janvier 2016.

Edouard Baer aime le théâtre pour l’improvisation, la vie, la surprise. Ouvert la nuit tient ses promesses : ouvert à tous les vents, le film divague tranquillement sans souci de rythme ou de scénario. Luigi (Edouard Baer), directeur du Théâtre de l’Etoile (nom inventé, pour un théâtre près des Champs), doit absolument trouver l’argent pour payer les salaires en retard des vingt-sept intermittents, la veille de la première de la pièce « La Femme et le Singe ». Accessoirement, il lui faut aussi dégotter un singe, si possible un vrai.

Evidemment, toutes les femmes l’aiment, d’Audrey Tautou (gracile et forte), ex remariée à un autre mais toujours complice, aux jeunes actrices débutantes. Au théâtre, la jeune et belle Faeza (Sabrina Ouazani, que l’on adore depuis L’Esquive), effectue un stage par Sciences po. Sérieuse, méritante, déjà mariée (à un Jean-Bernard) et maman, la jeune femme se retrouve embringuée dans le périple nocturne décousu de Luigi. Elle sera, naturellement, très agacée, puis charmée. C’est l’effet Edouard Baer : peu importe le résultat, pourvu qu’on ait l’ivresse. Les scènes drôles, parfaitement réussies, alternent avec les temps morts ou les blagues nulles qui tombent à plat. Comme dans la vraie vie. Nous ne sommes pas dans une comédie miraculeusement huilée à la Leo McCarey ou à la Lubitsch. Ici, tout n’est pas ajusté à la perfection. Mais c’est assumé avec flegme et classe : Edouard Baer peut s’embourber dans un grand n’importe quoi, il s’en fiche royalement et retombe toujours sur ses pattes.

Autour de Luigi, les personnages sont exaspérés, presque hargneux. Mais ils finissent par éprouver une indulgence coupable et presque maternelle. Comme Luigi, Edouard Baer aurait sans doute pu faire « mieux » : mais pourquoi ? Le naturel a tellement plus de charme ! Pour les amoureux de Paris, la promenade vaut vraiment le détour, accompagnée par une bande-son formidable (avec une chanson originale d’Alain Souchon, Pierre et Ours en point d’orgue).

Hommage au théâtre, sorte de Carrosse d’or baerien, Ouvert la nuit nous offre une traversée de Paris tout en sensibilité. A noter : une apparition du merveilleux Alfredo Arias, et de Michel Galabru, impérial.

Ouvert la nuit, d’Edouard Baer, France, 2016, 1h40, avec Edouard Baer, Sabrina Ouazani, Audrey Tautou, Christophe Meynet, Jean-Michel Lami, Grégory Gadebois, Patrick Boshart, Marie-Ange Casta, Alka Balbir, Lionel Abelanskin Atem Kelif, Christine Murillo, Yoshi Oida, Michel Galabru. Sortie le 11 janvier 2016.

visuels: affiche, photo et bande annonce officielle du film.


LAISSEZ UN COMMENTAIRE VIA FACEBOOK:

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *