[Critique]« Les filles au moyen âge » jeux d’enfants, belles personnes et folie douce chez Hubert Viel

17 janvier 2016 Par Olivia Leboyer | 0 commentaires

moyen age 4

Après le délicieux Artemis, cœur d’artichaut (voir notre critique), Hubert Viel poursuit dans la veine du conte enchanté, en explorant le Moyen-Age à hauteur d’enfants. Plus exactement, les six enfants hissent ici le film à une belle hauteur poétique. Une très jolie découverte, en salles dès le 27 janvier.

Note de la rédaction :

Hubert Viel livre ici une ode aux temps jadis, pleine de fraîcheur et d’inventivité. L’argument est tout simple : dans un petit pavillon de banlieue, six enfants se chamaillent, les trois garçons rivés sur leur play-station tandis que les trois filles les invitent à jouer dans le jardin. A quel jeu ? A celui de l’imagination, qui permet de se reporter très loin dans le passé, où, peut-être, les filles possédaient d’autres pouvoirs.

C’est le grand-père (Michael Lonsdale, comme toujours irrésistible) qui se propose de conter à ces très jeunes filles une curieuse histoire des femmes au Moyen-Age. Pour nous, la voix douce et chantante s’accompagne d’images en noir et blanc, les rôles de Mélisandre, Clotilde, Marie d’Anjou, Jeanne d’Arc, Euphrosine ou Agnès Sorel étant tenus par nos trois auditrices-rêveuses-actrices. Pour les rôles masculins, de Jacques Cœur à Charles VII, en passant par un Jésus très barbu ( !), ce sont les trois jeunes garçons qui les incarnent.

Dans chaque saynète, ce sont les femmes-enfants qui mènent les hommes-garçons et le monde par le bout du nez. Très joliment écrit, entre langue de l’époque et spontanéité toute d’aujourd’hui, le film séduit et charme à coup sûr. Les six enfants sont fabuleux, adorablement jeunes (à peine une dizaine d’années) et déjà très dégourdis. Ils jouent les personnages historiques les plus « sérieux » avec décontraction et espièglerie.

Selon Hubert Viel, le temps formerait des boucles, quelques vestiges du passé se trouvant encore, ça et là, sous notre quotidien moderne et grisâtre, comme des petites pépites de rêve qui nous aident à voir la vie autrement. Un peu comme chez Virgil Vernier (Orléans, Mercuriales), le monde moderne froid et les fantômes de la mythologie se mêlent. Chez Hubert Viel, le mélange est d’une grande douceur.

Merci pour ce drôle de film qui donne envie d’avoir éternellement dix ans.

Les filles au moyen âge, de Hubert Viel, France, 88 minutes, avec Michael Lonsdale, Chann Aglat, Léana Doucet, Malonn Lévana, Camille Loubens, Jolhan Martin, Noé Savoyat. Sortie le 27 janvier 2016.

visuels: affiche, photo et bande annonce officielles du film.


LAISSEZ UN COMMENTAIRE VIA FACEBOOK:

comments

Laissez un commentaire: