[Critique] « Tout en haut du monde » : petit chef-d’oeuvre animé de Rémi Chayé

31 janvier 2016 Par Gilles Herail | 0 commentaires

Le premier film d’animation de Rémi Chayé est une réussite en tout point. Il souffle un vent d’aventures et d’épique dans ce Tout en haut du monde qui émerveille par son univers visuel à couper le souffle. Et délivre un récit initiatique féministe qui rend un bel hommage aux grands explorateurs. Un petit chef d’œuvre.

Note de la rédaction :

Extrait du synopsis officiel : 1882, Saint-Pétersbourg. Sacha, jeune fille de l’aristocratie russe, a toujours été fascinée par la vie d’aventure de son grand-père, Oloukine. Explorateur renommé, concepteur d’un magnifique navire, le Davaï, il n’est jamais revenu de sa dernière expédition à la conquête du Pôle Nord. Sacha décide de partir vers le Grand Nord, sur la piste de son grand-père pour retrouver le fameux navire.

Rémi Chayé s’était déjà fait un nom dans le monde de l’animation en travaillant sur Le Tableau, Brendan et le secret de Kells et Kérity la maison des contes. Son premier film en tant que réalisateur est une réussite totale qui devrait lui ouvrir, on l’espère, les portes d’une longue carrière dans la production animée made in France. Tout en haut du monde nous raconte une histoire inattendue, qui ose des décors, des personnages et des époques que l’on a peu l’habitude de voir au sein de productions familiales. Le scénario imagine un magnifique récit initiatique, mettant en scène une héroïne charismatique, qui s’embarque dans une expédition vers le pôle pour retrouver son grand-père. Le travail sur les ambiances et les costumes est somptueux, nous plongeant dans les appartements bourgeois de l’empire russe avant de s’évader dans les contrées glacières désertiques du grand nord. La réalisation de Rémi Chayé est irréprochable, la musique originale entêtante et le bonheur graphique, total, trouvant le parfait équilibre entre réalisme et poésie.

Loin d’être un pur exercice de style, Tout en haut du monde nous offre une grande épopée d’aventures qui s’appuie sur des enjeux contemporains et ne cède jamais au passéisme. L’histoire assume sa part de noirceur et gère à la perfection les moments de suspens et de survie, tout en restant accessible au jeune public. L’ambition féministe est bien présente, à travers le personnage principal d’adolescente, qui va devoir s’intégrer parmi les marins et prouver sa valeur dans un univers d’homme. Démontrant des capacités de résistance et une passion de l’aventure héritée de son grand-père, lui même explorateur. Les dialogues et les doublages, qui font souvent la faiblesse des films d’animation indépendants, sont pour une fois à la hauteur et Christa Théret donne beaucoup d’épaisseur et de modernité au personnage principal. La réussite est donc totale et les parents autant que les enfants apprécieront cet épatant voyage.

Gilles Hérail

Tout en haut du monde, un film d’animation français de Rémi Chayé, durée 1h20, sortie le 27/01/2016

Visuels : ©  affiche et bande-annonce officielles du film

LAISSEZ UN COMMENTAIRE VIA FACEBOOK:

comments

Laissez un commentaire: