[Critique] « Seul contre tous » Will Smith, héros du rêve américain

13 mars 2016 Par Gilles Herail | 0 commentaires

Will Smith est de retour avec un nouveau film dopé au rêve américain, qui retrace le combat d’un brillant médecin nigérian face à la toute puissante NFL (fédération de football US). Le sujet était prometteur mais Seul contre tous (Concussion en version originale) agace par ses automatismes de mélodrame à thèse qui sentent trop bon « l’opération Oscars ». Notre critique.

Note de la rédaction :

Extrait du synopsis officiel : Le Dr Bennet Omalu, un neuropathologiste de médecine légale, a mené un combat digne de David contre Goliath : il fut le premier à découvrir l’encéphalopathie traumatique chronique, une affection cérébrale liée à la pratique du sport chez les joueurs professionnels, et s’est démené pour révéler son existence contre ceux que cela gênait. La croisade d’Omalu l’opposa dangereusement à l’une des institutions les plus puissantes du monde…

Le roi Will Smith a perdu de sa superbe après avoir régné sur le box-office mondial pendant plus d’une décennie. Le comédien s’était fait rare depuis Men in Black 3 et n’a pas provoqué d’émeutes avec sa comédie d’arnaque passe-partout Diversion ( voir l’article de Première sur le trou d’air de sa carrière). Seul contre tous devait lui permettre de se remettre en selle mais est également passé inaperçu lors de sa sortie américaine. L’histoire du Dr Bennet Omalu ne manquait pourtant pas d’intérêt. En abordant le combat d’un médecin nigérian pour faire entendre les conclusions de ses autopsies, qui dévoilent les risques encourus par les professionnels de football US. Le titre original, Concussion, renvoie à ces commotions cérébrales multiples subies des milliers de fois par les joueurs, malgré leurs casques, à l’origine de troubles mentaux sévères pouvant les amener jusqu’au suicide. Un risque ignoré par la NFL, malgré l’accumulation de cas similaires et les preuves apportées par le Dr Omalu.

Le scénario ne se limite pas au genre du film d’enquête et souhaite travailler la figure renouvelée du héros américain. A travers le portrait de ce médecin nigérian brillant passionné par son travail, têtu comme une mule, et qui entretient une relation quasi mystique avec les corps qu’il examine. Un immigré récent qui croit dur comme fer à son intégration dans le rêve américain et choisit d’ »imiter » des modèles qu’il considère comme représentatifs. Quitte à aller au combat contre un élément central de la culture populaire US : le football. Ce personnage, qui rappelle l’anti-héros interprété par Tom Hanks dans Le Pont des espions, était prometteur. Mais la réalisation de Peter Landesman cède très rapidement aux sirènes du film à thèse pompeux et au mélodrame sirupeux. Seul contre tous sent bon l’opportunisme, en ciblant la clientèle religieuse (le film frôle le manifeste chrétien) et en allant chercher de la performance à Oscars. Un manque de finesse d’autant plus regrettable que le projet aurait pu donner un excellent film avec la vision d’un metteur en scène inspiré.

Gilles Hérail

Seul contre tous, un drame américain de Peter Landesman avec Will Smith, Alec Baldwin et Albert Brooks, durée 2h03, sortie le 09/03/2016

Visuels : ©  affiche et bande-annonce officielles du film


LAISSEZ UN COMMENTAIRE VIA FACEBOOK:

comments

Laissez un commentaire: