[Critique] « Marie et les naufragés » excursion fantaisiste et pop de Sébastien Betbeder

16 avril 2016 Par Gilles Herail | 0 commentaires

Sébastien Betbeder persiste et signe dans la veine romantique, mélancolique et loufoque qui fait sa marque de fabrique, après Inupiluk et 2 automnes 3 hiversMarie et les naufragés est une ballade savamment décalée, portée par un casting délicieusement lunaire (Vimala Pons, Eric Cantona, Damien Chapelle, André Wilms, Pierre Rochefort) et la musique psychédélique de Sébastien Tellier. Notre critique.

Note de la rédaction :

Extrait du synopsis officiel :  »Marie est dangereuse » , a prévenu Antoine. Ce qui n’a pas empêché Siméon de tout lâcher, ou plus exactement pas grand-chose, pour la suivre en secret. Oscar, son co-locataire somnambule et musicien, et Antoine, le romancier en mal d’inspiration, lui ont vite emboîté le pas. Les voilà au bout de la Terre, c’est-à-dire sur une île. 

Sébastien Betbeder s’est fait remarquer grâce au ton de comédie très particulier d’Inupiluk et 2 automnes 3 hivers (voir notre Interview). Son nouveau film rappelle l’ambiance doucement perchée du cinéma de Bruno Podalydès (Comme un Avion), PEF (King Guillaume) ou Gondry. Des fantaisies dilettantes, romantiques, voguant tranquillement vers l’absurde, tout en restant accessibles. Le trio amoureux et l’échappée bretonne ne sont qu’un prétexte pour dessiner une galerie de personnages gentiment décalés. Vimala Pons, toujours aussi à l’ouest, déploie tous ses talents de comédienne poétique lunaire. Pierre Rochefort trimballe son élégance maladroite et sa douce mélancolie dans un univers qui lui va comme un gant. Eric Cantona réjouit en écrivain obsessionnel, amoureux transi, adepte du coup de fil anonyme.

Marie et les naufragés est une comédie pleine de surprises, qui va plus loin que la simple ballade bucolique post soixante-huitarde. Le second rôle de l’épatant Damien Chapelle, découvert dans les Métamorphoses de Christophe Honoré, offre de grands moments d’étrangeté burlesque. Les aspects ésotériques délirants rappellent l’univers d’Araki (Kaboom, Smiley Face) et la musique planante de Sébastien Tellier agit comme un personnage à part entière. Marie et les naufragés patine de temps en temps au niveau du rythme, s’autorisant des digressions et des apartés. Sébastien Betbeder s’appuie un peu trop sur son casting et oublie parfois de nous raconter une histoire. Mais la proposition d’univers est assez riche pour faire de ce voyage mélancolique et absurde une très jolie surprise.

Gilles Hérail

Marie et les naufragés, une comédie française de Sébastien Betbeder avec Pierre Rochefort, Vimala Pons et Eric Cantona, durée 1h44, sortie le 13/04/2016 

Visuels : ©  affiche et bande-annonce officielles du film

LAISSEZ UN COMMENTAIRE VIA FACEBOOK:

comments

Laissez un commentaire: