[Critique] « Les premiers, les derniers » : errances grisâtres de Bouli Lanners et Albert Dupontel

30 janvier 2016 Par
Gilles Herail
| 0 commentaires

Bouli Lanners ne convainc pas avec un nouveau film qui passe plus de temps à soigner son atmosphère grisâtre qu’à nous raconter une véritable histoire. Les premiers, les derniers peut compter sur un excellent casting (notamment Albert Dupontel et Suzane Clément) mais ne trouve jamais son rythme, nous plongeant dans une profonde torpeur. Un film un poil survendu.

Extrait du synopsis officiel : Dans une plaine infinie balayée par le vent, Cochise et Gilou, deux inséparables chasseurs de prime, sont à la recherche d’un téléphone volé au contenu sensible. Leur chemin va croiser celui d’Esther et Willy, un couple en cavale. Et si c’était la fin du monde ? Dans cette petite ville perdue où tout le monde échoue, retrouveront-ils ce que la nature humaine a de meilleur ? Ce sont peut-être les derniers hommes, mais ils ne sont pas très différents des premiers.