[Critique] « J’avancerai vers toi avec les yeux d’un sourd » documentaire militant sur la langue des signes

22 janvier 2016 Par Gilles Herail | 0 commentaires

L’hommage de la réalisatrice Laetitia Carton à son ami Vincent prend la forme d’un documentaire militant sur la communauté Sourde. J’avancerai vers toi avec les yeux d’un sourd défend avec conviction la nécessité de préserver la langue des signes et de transmettre l’héritage culturel d’une communauté qui a développé une autre forme de communication. Un pamphlet passionnant.

Note de la rédaction :

Extrait du synopsis officiel : Ce film est adressé à mon ami Vincent, mort il y a dix ans. Vincent était Sourd. Il m’avait initiée à la langue des signes. Je lui donne aujourd’hui des nouvelles de son pays, ce monde inconnu et fascinant, celui d’un peuple qui lutte pour défendre sa culture et son identité.

Laetitia Carton a sélectionné des images, des entretiens et des instants saisis, accumulés pendant une dizaine d’années. Pour réaliser un film documentaire dédié à un proche ami décédé avant d’avoir mener à bien ce projet avec elle. J’avancerai vers toi avec les yeux d’un sourd a bien-sûr une dimension sociologique, nous emmenant dans l’intimité de familles sourdes pour découvrir un monde que l’on connait mal. Mais la cinéaste s’est donné un objectif plus politique : défendre corps et âme l’aspect culturel de la surdité, la beauté et la complexité de la langue des signes et la fierté de l’identité Sourde. C’est ce combat que le documentaire porte, donnant la parole à des militants de la communauté sourde, associatifs, artistes ou professeurs de langue des signes. J’avancerai vers toi avec les yeux d’un sourd se situe à un moment charnière où les progrès techniques et notamment les prothèses cochléaires peuvent permettre (partiellement) d’améliorer l’audition des Sourds. Mettant en danger la langue des signes et donnant un nouvel argument pour généraliser l’approche oraliste, qui vise à aider les sourds à utiliser la parole.

Ce débat, qui a du mal à percer l’espace public, pose pourtant de vraies questions. Quand on apprend notamment que très peu d’enfants Sourds peuvent bénéficier d’une éducation bilingue, EN langue des signes. Que parents et enfants ne se sentent pas libres de choisir la langue des signes plutôt que l’appareillage et la méthode oraliste. C’est ce droit à ne pas être comme tout le monde, ce désir de protéger un patrimoine culturel ancien et historique que la cinéaste revendique. Car les Sourds ont depuis longtemps formé une communauté, fondée sur une identité, une sociabilité et une langue communes. Une nation sans pays, forcément transgressive, ayant inventé une autre manière de communiquer, qui se retrouve aujourd’hui menacée. La question du droit à la différence revendiquée face au droit à l’indifférence dépasse le cadre de la communauté sourde et rappelle d’autre débats sur la normalisation de groupes minoritaires. On pense notamment aux clivages constatés parmi les homosexuels sur le droit au mariage, mal compris par certains militants des années 70 et 80 qui s’étaient battus pour faire reconnaitre d’autres modèles de vies sentimentales. La préservation de l’identité sourde évoque aussi le débat plus large du multiculturalisme et de la préservation des identités d’origine.

Laetitia Carton défend sa position ardemment et ne laisse quasiment pas la parole à l’autre « camp ». On aurait aimé entendre des Sourds de naissance qui prônent les prothèses et la méthode oraliste, ou qui ne souhaitent rester à l’écart de la communauté Sourde. Mais le documentaire a fait le choix d’un angle partisan, qui a l’immense mérite de provoquer le débat et de nous donner envie d’aller explorer le sujet par nous mêmes. Un documentaire tout simplement passionnant.

Gilles Hérail

J’avancerai vers toi avec les yeux d’un sourd, documentaire français de Laetitia Carton, durée 1h45, sortie le 20/01/2016

Visuels : ©  affiche et bande-annonce officielles du film

LAISSEZ UN COMMENTAIRE VIA FACEBOOK:

comments

Laissez un commentaire: