[Critique] du film « X-Men Apocalypse » Bryan Singer casse la dynamique de la franchise

21 mai 2016 Par Gilles Herail | 0 commentaires

X-Men Apocalypse met un coup d’arrêt à la dynamique de la franchise après les bonnes surprises First Class et Days of Future Past. Bryan Singer peine à faire évoluer des personnages pourtant passionnants et s’égare dans un récit éclaté qui manque de cohérence et d’intensité. Un épisode à oublier, malgré la qualité de son casting (le duo Michael Fassbender et James McAvoy fonctionne toujours autant) et le plaisir de retrouver l’univers de la saga de super-héros la plus intéressante du moment.

Note de la rédaction :

Extrait du synopsis officiel :Depuis les origines de la civilisation, Apocalypse, le tout premier mutant, a absorbé de nombreux pouvoirs, devenant à la fois immortel et invincible, adoré comme un dieu. Se réveillant après un sommeil de plusieurs milliers d’années et désillusionné par le monde qu’il découvre, il réunit de puissants mutants dont Magneto pour nettoyer l’humanité et régner sur un nouvel ordre. 

La franchise X-Men était repartie de plus belle avec le petit chef d’œuvre First Class, réalisé par Matthew Vaughn, qui avait su s’appuyer sur un casting rajeuni pour dessiner un style renouvelé. Bryan Singer avait repris les commandes de sa saga dans une suite tout aussi solide, Days of future past, perdant en légèreté ce qu’elle gagnait en épique. Le réalisateur de Usual Suspects et Valkyrie se prend pourtant les pieds dans le tapis avec ce troisième volet qui casse la dynamique de modernisation de la série. X-men Apocalypse n’est pas un ratage irregardable, juste un blockbuster assez insipide, aux choix esthétiques discutables, au scénario approximatif et aux personnages creux..

La touche nostalgique et les références historiques qui faisaient le charme de First Classi, teinté de guerre froide et de swinging sixties, sont mises de côté et X-Men Apocalypse manque de style et de panache. Les scènes égyptiennes sont d’une étonnante laideur et l’utilisation abusive d’effets numériques impersonnels renvoie la mise-en-scène de Singer au pire du cinéma d’action contemporain, obsédé par l’idée de détruire des ponts et de souffler des tours. Le scénario, éclaté, s’éparpille sur de trop nombreuses intrigues qui complexifient artificiellement la narration et mettent à mal les tentatives de dramatisation. Provoquant une durée excessive, en rien justifiée par des enjeux plus que ténus.

Matthew Vaughn avait lancé il y a quelques années une multitude de pistes passionnantes, restant fidèle aux comics tout en insufflant une vraie modernité. Les attachants personnages restent malheureusement figés et on se désole que la Mystique de Jennifer Lawrence soit devenue une ersatz de Katniss et que Magneto revive éternellement les mêmes cas de conscience, avec les mêmes états-d’âme. Le spectateur appréciera toujours autant les touches d’humour British, les scènes au ralenti de Quicksilver, la modernité, l’élégance, la subtilité et la tendresse du duo James McAvoy / Michael Fassbender. En regrettant la faiblesse générale d’un film qui ne fait pas honneur à une saga de super-héros complexe qui mérite mieux.

Gilles Hérail

X-Men Apocalypse, un film fantastique américain de Bryan Singer avec James McAvoy, Michael Fassbender et Jennifer Lawrence, durée 2h24, sortie le 18/05/2016

Visuels : © affiche et bande-annonce officielles du film


LAISSEZ UN COMMENTAIRE VIA FACEBOOK:

comments

Laissez un commentaire: