[Critique] du film « The Fits » premier film mystérieux et envoutant d’Anna Rose Holmer

16 janvier 2017 Par
Gilles Herail
| 0 commentaires

Anna Rose Holmer signe un premier film mystérieux et envoûtant sur l’enfance, le passage à l’adolescence, l’identité de genre, la boxe et la danse, révélant une jeune comédienne étonnante qui impose une incroyable présence (Royalty Hightower). The Fits fait preuve d’une vraie audace narrative et d’une belle singularité de ton, installant une ambiance très particulière entre réalisme social et songe fantastique. Notre critique.

Extrait du synopsis officiel : Toni, 11 ans, s’entraîne dans la salle de boxe de son grand frère. Elle découvre qu’à l’étage au dessus, un groupe de filles apprennent une variante très physique du hip hop, le drill. Attirée par leur énergie, leur force, leur assurance, Toni abandonne peu à peu la boxe pour la danse…

the-fits

The Fits fait partie des grands coups de cœur de la critique américaine l’année passée. Qui a reconnu a juste titre l’originalité d’un premier film navigant entre chronique sociale, conte initiatique sur le passage à l’adolescence, documentaire sportif et songe fantastique. L’atmosphère est immédiatement intrigante, alors que la caméra suit les pas d’une petite fille qui passe ses journées dans une salle de boxe aux côtés de son frère. Un garçon manqué solitaire devenue la mascotte des ados qui s’entraînent sur le ring mais rêve en secret de rejoindre un autre groupe. Celui des « lionnes », danseuses de hip-hop de la salle mitoyenne, qui lui ouvrent les portes d’un univers féminin qu’elle n’avait jamais exploré.

The Fits offre de magnifique scènes chorégraphiées, qu’elles soient de danse ou de boxe, filmant avec intensité deux arts physiques qui mettent les corps à rude épreuve. Mais la chronique sociale et le conte initiatique sur le passage à l’adolescence se teintent également d’un touche quasi fantastique, alors qu’une épidémie de symptômes épileptiques inexpliqués s’abat sur les pensionnaires du centre sportif. La jeune comédienne Royalty Hightower fait preuve d’une force étonnante, compensant le mutisme de son personnage par une incroyable présence. Et The Fits conserve ses mystères jusqu’au bout, culminant sur une transe finale extatique à l’image d’un premier long-métrage d’ambiance qui ne ressemble à aucun autre. Anna Rose Holmer est une cinéaste à suivre, avec des idées, du style et un vrai mystère, qui nous font largement oublier les quelques longueurs. Une jolie surprise.

Gilles Hérail

The Fits, un film américain de Anna Rose Holmer avec Royalty Hightower, Alexis Neblett et Da’Sean Minor, durée 1h12, sortie le 11/01/2017

Visuels : © affiche et bande-annonce officielles du film

LAISSEZ UN COMMENTAIRE VIA FACEBOOK:

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *