[Critique] du film documentaire « Les sauteurs » Auto-portrait d’un migrant africain aux frontières de l’Europe

23 mai 2017 Par
Gilles Herail
| 0 commentaires

Les sauteurs participe au travail crucial de chronique de l’expérience migratoire des deux côtés de la Méditerranée, après Nulle-part en France, Mediterranea, Fuocoammare ou La mécanique des flux. Moritz Siebert et Estephan Wagner ont confié leur caméra à Abou, migrant africain coincé aux frontières de l’Europe qui va filmer le quotidien des « sauteurs » qui tentent sans relâche de passer en Europe. Un documentaire à la première personne qui donne la parole directement et sans filtre aux principaux intéressés. Notre critique.

Extrait du synopsis officiel : A la frontière marocaine se trouve la ville de Melilla, une enclave espagnole entre l’Afrique et l’Europe. Sur la montagne qui surplombe Melilla, un millier de migrants africains contemplent la barrière qui les sépare de « l’Eldorado ». Abou est l’un d’entre eux-  le filmeur et le filmé. Armé de sa petite caméra il témoigne de sa vie quotidienne et de ses nombreuses tentatives pour sauter la fameuse barrière.  A chaque tentative ratée, après avoir affronté les barbelés, les sprays automatiques au poivre et les autorités agressives, chacun retourne au Mont Gururu, récupérer de la nourriture dans les villages voisins. Chacun de ces hommes tentent de maintenir un semblant de communauté et d’entraide, dans l’espoir de survivre ensemble à ce drame quotidien et de garder confiance aussi bien eux qu’en leur destin.

lessauteursLes sauteurs est un objet documentaire rare, qui fait le pari de confier intégralement la maîtrise de la caméra au « sujet » qu’il observe. Moritz Siebert et Estephan Wagner ont pu retravailler le produit brut au montage mais l’intégralité des scènes ont été tournées par Abou, migrant africain bloqué aux frontières de l’Europe, dans l’attente d’un passage réussi vers sa nouvelle vie. Un auto-portrait qui chronique le quotidien des « sauteurs » qui tentent et retentent leur chance, inlassablement, jusqu’à ce qu’ils réussissent à franchir le mur qui sépare le Maroc de l’Espagne, dans l’enclave de Melilla. Beaucoup a déjà été filmé, dit, commenté, polémiqué sur le phénomène migratoire qui s’est installé depuis quelques années de part et d’autre de la Méditerranée. Mais Les sauteurs tire sa légitimité et sa pertinence de ce choix initial, qui permet d’effacer la présence « externe » du journaliste ou du documentariste pour chroniquer le quotidien des « migrants » dans sa banalité. Partager la camaraderie, la dureté des conditions de vie, les parties de foot, les relations avec la police, les conversations plus intimes ou plus légères, la vision de l’Europe, des femmes, de la prise de risque migratoire. Montrer aussi l’organisation de cette communauté de destins régie par des règles, gérée par ses hiérarchies, ses barrières internes. Un témoignage différent, au plus près des principaux intéressés, encore à l’affiche de quelques salles et prochainement disponible en DVD.

Gilles Hérail

Les sauteurs, un documentaire marocain de Moritz Siebert et Estephan Wagner, durée 1h22, sortie le 05 avril 2017 

Visuels : © affiche et bande-annonce officielles du film