[Critique] du film « Insaisissables 2 » les magiciens se perdent dans leurs jeux d’illusion

30 juillet 2016 Par Gilles Herail | 0 commentaires

Insaisissables 2 (Now you see me 2) conserve l’esprit ludique du premier volet, son plaisir de l’illusion, de l’esbroufe et du spectacle. L’alchimie de l’équipe (Jesse Eisenberg, Mark Ruffalo, Woody Harrelson, Dave Franco, Lizzy Caplan) et les séquences d’action revisitées à travers le prisme de la magie assurent un divertissement de qualité. Malheureusement plombé par une réalisation moins aérienne et un scénario qui se complique la vie pour se perdre dans des rebondissements imbriqués superflus. Notre critique.

Note de la rédaction :

Extrait du synopsis officiel : Un an après avoir surpassé le FBI et acquis l’admiration du grand public grâce à leurs tours exceptionnels, les 4 Cavaliers reviennent ! Pour leur retour sur le devant de la scène, ils vont dénoncer les méthodes peu orthodoxes d’un magnat de la technologie à la tête d’une vaste organisation criminelle. 

Insaisissables à connu un vrai succès de bouche à oreille à sa sortie en 2013, avec une carrière sur la longueur (de plus en plus rare pour les blockbusters) et 3 millions de spectateurs en France. Louis Leterrier (Taken, Danny the Dog, Le choc des Titans) s’était emparé avec talent d’un scénario brillant, renouvelant le genre du film de casse en y intégrant l’univers de la magie. Pour un résultat malicieux, plein de bonne humeur, jouant avec les attentes de son spectateur pour le surprendre en permanence. Insaisissables 2 fait preuve d’un enthousiasme intact, retrouvant sa troupe d’attachants « chevaliers » magiciens, frimeurs au grand cœur, qui vivent par et pour leurs tours de passe-passe (Jesse Eisenberg, Mark Ruffalo, Woody Harrelson, Dave Franco reprennent leur rôle, rejoints par Lizzy Caplan). Les nouveaux numéros sont spectaculaires et plusieurs séquences d’action intègrent astucieusement un élément de magie, pour devenir des ballets minutés où chaque geste compte afin que les Dominos s’écroulent dans le bon ordre. Car le sens du timing et de la diversion sont les armes les plus essentielles d’une troupe qui cherche avant tout à détourner l’attention pour mieux réussir ses arnaques.

Insaisissables 2 ne se hisse malheureusement pas à la hauteur du premier et souffre de l’absence de Louis Leterrier, qui avait su filmer la magie avec légèreté et respect. La réalisation de Jon M. Chu manque de panache malgré de grands moments (l’introduction, le combat de rue à Macao, le vol de la puce électronique) et plusieurs séquences manquent cruellement de personnalité. Insaisissables 2 souffre surtout d’un scénario artificiellement complexe, qui multiplie les rebondissements improbables et fatigue à force de vouloir à tout prix rouler son spectateur dans la farine. Le script ajoute également des éléments de psychologie familiale (relations père/fils, frère/frère, etc.) qui alourdissent encore la narration et nuisent au rythme général. On apprécie toujours autant cette belle ambition de renouveler le film d’arnaque en l’agrémentant d’une touche de magie et on prend plaisir à retrouver ce casting intergénérationnel au capital sympathie incontestable. Mais ce deuxième volet a perdu une partie du charme, de la fraîcheur et de la spontanéité du film de Leterrier, qui était porté par une passion sincère du show et de l’illusion.

Gilles Hérail

Insaissables 2, un thriller américain de Jon M. Chu avec Jesse Eisenberg, Mark Ruffalo, Woody Harrelson, Morgan Freeman, Dave Franco, Michael Caine et Daniel Radcliffe, durée 2h05, sortie le 27/07/2016

Visuels : © affiche et bande-annonce officielles du film

LAISSEZ UN COMMENTAIRE VIA FACEBOOK:

comments

Laissez un commentaire: