[Critique] du film « Ami-ami » La comédie romantique française entre (enfin) dans l’ère de la modernité !

30 janvier 2018 Par
Gilles Herail
| 0 commentaires

Victory Saint Macary réussit un vrai petit coup de maître pour son premier film, qui ne connaît malheureusement pas un succès en salles à la hauteur de ses qualités. Une comédie romantique hilarante, avec de beaux personnages et une vraie modernité, aussi bien dans l’interprétation que dans l’écriture. A voir ! Notre critique.

Synopsis officiel: Quoi de mieux pour ne plus jamais souffrir en amour que de tourner le dos à la vie de couple et de s’installer en coloc’ avec son meilleur ami ? C’est en tout cas ce qu’a décidé Vincent, ravagé par sa dernière rupture ! À un détail près : son meilleur ami est une meilleure amie, Néféli, jeune avocate déjantée. À peine installés, les deux potes se jurent de ne plus jamais tomber amoureux, de vivre d’amitié et d’histoires sans lendemain. Mais après quelques semaines de cohabitation complice et festive, Vincent rencontre Julie…

ami-amiL’histoire d’Ami-ami est en apparence toute simple, un  triangle amoureux faussement banal qui cache en réalité une véritable modernité de ton. Victor Saint Macary (qui signe ici son premier film) réussit en effet l’exploit de rénover en profondeur la comédie romantique à la française grâce à des dialogues ciselés, une bande-originale entêtante de pop indé (morceaux originaux de Victor Le Masne, titres de Sébastien Schuller, La Femme, Faire, etc.) et de très beaux personnages.

Le scénario utilise à merveille les différents registres comiques de ses comédiens principaux, qui héritent de rôles intelligemment dessinés, évitant les archétypes. Un héro (William Lebghil) sympa, bon gars, un peu lâche, capable de se fourrer dans des situations inextricables pour éviter de communiquer sincèrement ses sentiments. Une colloc (Margot Bancilhon) fêtarde, un peu paumée, avocate au chômage qui noie sa petite déprime dans des soirées bien arrosées et une incroyable énergie de façade. Une amante (Camille Razat) espiègle, à la fois très adulte et doucement barrée. Un meilleur ami / collègue (Jonathan Cohen) un peu gênant, parfois carrément étrange, mais terriblement attachant.

Ami-ami capte avec autant de légèreté que de profondeur l’air du temps de la classe moyenne urbaine de 25/30 ans. Chaque situation, chaque réflexion, inquiétude, ou pétage de cable respire le naturel. Le script ose croire en l’amitié homme-femme, cassant cette éternelle rengaine de la comédie romantique qui veut systématiquement s’assurer que deux potes célibataires finissent forcément ensemble. Et la caractérisation des personnages dépasse enfin les éternels clichés de genre, du garçon ou sensible ou macho, de la femme ou girly ou garçon manqué. Ami-ami est une comédie générationnelle au charme fou, qui assume ces identités plus complexes, avec drôlerie, humanité et tendresse. Une très jolie surprise que l’on vous recommande chaudement.

Ami-ami, une comédie de Victor Saint Macary avec William Lebghil, Margot Bancilhon, Camille Razat et Jonathan Cohen, durée 1h26, sortie le 17/01/2018

Gilles Hérail

Bande-annonce et visuels officiels.