Bilan, analyse et classement du box-office américain 2016  : Disney en maître incontesté

3 janvier 2017 Par
Gilles Herail
| 0 commentaires

Le box-office américain va bien (en volumes) avec plus de 11 milliards de dollars de recettes cumulées en 2016. Le règne de Disney (et ses filiales Pixar et Marvel) est sans partage alors que l’uniformisation du top 20 est plus importante que jamais. Retour en chiffres sur les tops, les flops et le classement final du box-office US de l’année 2016.

Un règne Disney sans partage

rogueone_onesheeta_1000_309ed8f6Nous en parlions déjà dans notre bilan du box-office français de l’année et le constat est encore plus net aux Etats-Unis. Le règne actuel de Disney sur le box-office mondial est sans appel, fruit d’une refonte totale de sa branche animation, du recyclage opportuniste de son catalogue et d’acquisitions intelligentes qui portent leurs fruits. La maison mère a enchaîné les succès, aussi bien en animation (210M$ pour Moana, 340M$ pour Zootopie, 490M$ pour Dory) qu’en prises de vue réelles (Le livre de la Jungle). Et les sous marques Stars Wars et Marvel complètent l’impressionnant tableau de chasse avec d’excellents résultats (déjà plus de 400M$ pour Rogue One qui finira l’année en tête410M$ pour Civil War et 230M$ pour Docteur Strange). Une omniprésence qui ne devrait pas se démentir en 2017 avec entre autres deux Pixar, Star Wars épisode 8, un Pirates des Caraïbes et La belle et la bête.

Des suites, des adaptations, des franchises

batman v supermanLe public américain est abreuvé depuis de nombreuses années de suites, adaptations, spin-offs, reboots et autres remakes. 2016 n’a pas fait exception à la règle avec un florilège de franchises qui ont trusté les places du top 30 (plus de 300M$ pour Deadpool , Suicide Squad et Batman V Superman, 230M$ pour Les animaux fantastiques, 150M$ pour Jason Bourne, Star Trek Beyond, X-Men Apocalypse et Kung Fu Panda 3, plus de 100M$ pour Ghosbusters, Tarzan et The Angry Birds Movie). Les productions « originales » se font rares et on saluera d’autant plus le succès de Comme des bêtes (370M$), Sing (250M$ estimés) et Les Trolls (150M$) qui montrent que l’animation peut encore créer de nouveaux univers et de nouvelles histoires.

La chute du cinéma adulte et de la comédie

sullyLes productions de prestige, films à Oscars, thrillers et autres drames adultes n’ont plus la cote et il faut attendre la 22ème place du classement pour en trouver un représentant ! Sully de Clint Eastwood a bien fonctionné (120M$), tout comme Arrival (90M$), The Accountant (85M$) et Hacksaw Ridge (65M$) mais aucun grand succès populaire n’a réussi à émerger. La comédie US est elle aussi submergée par l’hégémonie des productions familiales et des adaptations de comics, ne pouvant compter que sur une poignée d’acteurs encore bankable pour sauver les meubles. Central Intelligence (Kevin Hart et The Rock) a réussi à dépasser les 120M$ alors que Sausage Party et Ride Along 2 (Kevin Hart toujours) ont approché les 100M$. Mais les bonnes surprises sont peu nombreuses et les carrières à l’international, catastrophiques.

L’absence du cinéma d’auteur et des productions étrangères

dangal-poster-large-listicleLa tendance à l’uniformisation se retrouve aussi du côté des productions étrangères, comme toujours complètement absentes du top 50. Le film en langue française le plus de l’année vu a récolté 500 fois moins que Star Wars (1M$ pour Elle). Le cinéma indien place quelques titres (7M$ pour Dangal, 6M$ pour Sultan, 4M$ pour Ae Dil Hai Mushkil et Kabali). Le blockbuster chinois de Stephen Show (The Mermeid) et le thriller coréen Train to Busan ont un peu intrigué (2M$). Et c’est à peu près tout. Le cinéma d’auteur américain est tout aussi largué, ne pouvant compter ni sur ses vieux maîtres (10M$ pour Café Society de Woody Allen et 20M$ pour Snowden d’Oliver Stone)ni sur les buzz critiques (30M$ pour Manchester by the Sea, 16M$ pour Birth of Nation, 10M$ pour Nocturnal Animals, 7M$ pour Lion, 4M$ pour Midnight Special).

Forte poussée des blockbusters chinois à l’international

mermaid_2016_film_posterLa différence entre le box-office américain et mondial est réduite à peau de chagrin. Le top 10 est similaire et le top 20 n’observe que de bien maigres variantes. Un constat qui pourrait cependant évoluer avec la croissance continue du marché chinois qui sauve quelques bides US (Warcraft et Now you see me 2 ont remporté beaucoup plus d’argent en Chine qu’aux Etats-Unis) et permet l’émergence de blockbusters locaux. Des films à gros budgets comme The Mermaid de Stephen Chow ( plus de 550M$) et Monster Hunt 20ème (385M$) qui réussissent désormais à intégrer le top 20 du box-office annuel mondial. Les exportations hors marchés asiatiques restent pour l’instant epsilonesques mais il faudra compter sur l’industrie chinoise dans les années à venir pour concurrencer le monopole hollywoodien.

Pour retrouver l’intégralité du classement du box-office américain de l’année 2016, consultez le site boxoffice.mojo qui compile l’ensemble des données (une véritable Bible!).

Gilles Hérail